Football : « Ça a été difficile au début », avoue la Ruthénoise Amandine Pierre-Louis 

Abonnés
  • Amandine Pierre-Louis est entrée en jeu lors des deux derniers matches des Rafettes.
    Amandine Pierre-Louis est entrée en jeu lors des deux derniers matches des Rafettes. Centre Presse - Jean-Louis Bories
Publié le , mis à jour

La défenseure a rejoint les rangs ruthénois il y a quelques semaines, après avoir longtemps attendu son visa de travail pour pouvoir entrer sur le terrain. Entretien.

Après plusieurs mois d’attente, votre visa de travail a finalement été validé. Comment s’est passé ce début de saison un peu particulier ?

J’étais à la maison, à Montréal. Mon agence a un centre d’entraînement, où j’étais avec trois-quatre garçons. J’ai fait des entraînements spécialisés pour ma position et des entraînements physiques pour être prête quand j’ai pu venir jouer.

Vous étiez à Rodez cet été, non ? Quand êtes-vous revenue en Aveyron ?

J’étais là en août pour faire la prépa, oui. Et ça va faire un mois que je suis revenue.

Entrer pendant une saison n’est pas toujours évident...

Ça a été difficile au début, justement. Il y avait déjà une énergie de groupe. Mais les filles sont super accueillantes, comme le staff. Donc ça a quand même été facile de m’intégrer dans le groupe. Maintenant, il est juste question de m’habituer au style de jeu, aux déplacements, mais ça se passe bien.

Avec votre recul, hors des terrains, comment analysez-vous le début de saison de vos coéquipières ?

Je trouve qu’il y a eu beaucoup d’améliorations et d’apprentissage. L’équipe est, chaque week-end, plus performante. On a du potentiel.

Vous avez d’ailleurs déjà joué en D1, avec Metz (en 2019-2020). Quel regard portez-vous ce championnat, notamment par rapport à ceux que vous avez connus au Danemark, en République tchèque et au Canada ?

Le championnat français est très compétitif, je pense même que ça s’est même amélioré depuis mon premier passage. Le niveau technique est beaucoup plus élevé par rapport à d’autres compétitions que j’ai pu voir. Et dans le fond ce que j’aime, c’est qu’il y a beaucoup d’équipes, beaucoup de clubs, beaucoup d’opportunités. C’est une longue saison et c’est vraiment une belle ligue.

Comment s’est passée votre entrée en matière à Reims (le 19 novembre, 0-0) ?

Bien ! C’est un match où on est allé chercher un point, c’était vraiment important. Je suis rentrée avec l’intention de garder le match serré tel qu’il l’était, de défendre et de juste contrôler le match avec la ligne défensive.

Au vu de ces neuf premières journées, comment voyez-vous la suite de la saison, d’abord sur les deux derniers matches avant la trêve ?

On va essayer d’aller chercher des points. Ce sont deux bonnes équipes (Bordeaux, cet après-midi et Guingamp, le 10 décembre), mais deux équipes contre lesquelles on a nos chances. On s’est prouvé contre Dijon et à Reims qu’on pouvait le faire, mais aussi sur le dernier match. Alors il faut qu’on gagne des points pour bien commencer l’autre partie de la saison, en 2023.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?