Covid-19 : vers un port du masque obligatoire dans les lieux clos pour les fêtes ?

  • Le port du masque va-t-il revenir dans les lieux clos ?
    Le port du masque va-t-il revenir dans les lieux clos ? Archives Centre Presse - Reproduction
Publié le , mis à jour

Le Covars a recommandé cette mesure au gouvernement via sa présidente Brigitte Autran, lors d'une interview parue dans le Journal du dimanche. Ce dimanche 4 décembre, le ministre de la Santé François Braun n'a pas exclu cette possibilité.
 

"Il faut aller vers un port du masque le plus possible dans les lieux clos, là où il y a une promiscuité importante" : la présidente du Comité de veille et d'anticipation des risques sanitaires (Covars, qui a remplacé le Conseil scientifique) est inquiète alors que les cas de contamination repartent à la hausse en ce mois de décembre, dépassant les 500 cas pour 100.000 habitants (550,7 au 3 décembre). "Ce n’est pas une augmentation plus rapide qu’auparavant, mais une dynamique équivalente aux deux précédentes vagues. Et comme nous n’étions pas à un niveau nul, on arrive à un niveau d’incidence élevé", lance-t-elle dans le Journal du dimanche.

Interrogé par le gouvernement, le Covars lui recommande donc "le renforcement du port du masque", selon lui nécessaire. La balle est donc dans le camp du gouvernement, alors qu'Elisabeth Borne avait lancé cette semaine un "appel solennel" à porter le masque dans les transports en commun. Selon la décision de l'exécutif, ce port du masque, non imposé pour l'instant de la volonté même du gouvernement, pourrait être (au minimum) fortement encouragé ailleurs, dans les établissements scolaires, les commerces, les cafés, les cinémas, les bureaux...

Le Covars donnera un "avis complet" sur la situation épidémique en France en fin de semaine prochaine ou au début de la suivante.

"Mon bras ne tremblera pas"

Ce dimanche, interrogé par BFMTV, le ministre de la Santé François Braun évoque l'éventualité d'un retour au port du masque obligatoire. Même s'il préfère une responsabilisation de tous, "mon bras ne tremblera pas s'il faut décider l'obligation du masque, y compris dans toutes les circonstances, si on devait arriver à ce niveau-là", a-t-il déclaré.

Pas assez de vaccinations, pas de retour des soignants non vaccinés

France Info relève que par ailleurs, Brigitte Autran déplore le niveau "désolant" de la vaccination en France. Selon elle, "les Français ne se vaccinent pas, ou pas assez", que ce soit les rappels ou les primo-injections contre le Covid-19, ou contre la grippe où "il y a un niveau moindre de vaccination cette année, par rapport aux années précédentes". Elle incite donc les Français à se protéger. Tout comme François Braun, qui à son tour, concernant la vaccination, lance un "appel solennel".

Quant à la réintégration des personnels soignants non vaccinés, logiquement, "nous considérons que les soignants doivent être vaccinés. C'est une question de responsabilité", dit-elle, renvoyant là aussi la balle dans le camp du gouvernement. Lors d'un interview ce dimanche au Parisien, le chef de l'Etat lui-même n'est pas persuadé" quand il sagit de réintégrer ces personnels soignants dans leurs fonctions, constate BFMTV. Fin novembre, Emmanuel Macron se disait attendre une "recommandation scientifique" sur cette réintégration. L'avis du Covars lui apporte-t-il une réponse ?

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
camera Il y a 1 mois Le 05/12/2022 à 01:22

Une question de responsabilité envers qui ?
Les laboratoires produisent ces substances ?