Football : la marche était trop haute pour Onet

  • Onet pris en étau.
    Onet pris en étau. CPA - Jean-Louis Bories
Publié le , mis à jour

Face au leader invaincu Béziers ce dimanche dans leur stade de La Roque et pour le compte de la 10e journée de National 3, les Castonétois ont été contraints de baisser pavillon, 3-7. 

Il n'y a pas eu de miracle pour la bande à Yoan Boscus. Béziers, ses contrats fédéraux et ses joueurs d'un autre niveau, ont fait la loi sur une grasse pelouse de La Roque, ce dimanche. Athlétiquement, tactiquement, techniquement, les promus aveyronnais ont payé pour voir. Ce qui n'enlève rien à leur parcours quasi parfait jusque-là, les laissant d'ailleurs quatrièmes de la poule Occitanie de National 3.

Il s'est manifesté aussi de l'émotion avant match. D'abord avec un maillot souvenir offert par ses potes à Allan Riva, qui allait vivre son dernier match à Onet, après 20 ans au club, partant vers d'autres cieux. Puis lors d'une poignante minute de silence en la mémoire des deux enfants de la commune décédé accidentellement dans un incendie une semaine plus tôt.

Pas de quoi attendrir les Biterrois des anciens du Raf Marc Vidal (gardien) et Michel Ramon (milieu), partis comme des avions. Le portier local Rigaud se chauffant les gants d'entrée avec deux interventions dans les cinq premières minutes, en plus des montants qui l'ont aussi sauvé par deux fois dans ce même laps de temps ! Le ton était donné. Souvent pris dans l'espace, les Aveyronnais ont alors craqué sur corner à la 12e, via une tête du second poteau décochée par Binet. Agoro doublant la mise un peu plus de dix minutes plus tard, à la conclusion d'un mouvement d'école, tout en vitesse. Et si l'attaquant des jaune et bleu Brunet faisait se coucher Vidal à la 32e, c'est bien Gobron qui, sur un raid côté droit, faisait passer la marque à 0-3 à la 33e via une frappe parfaitement croisée. La messe était dite.

Riva buteur pour sa dernière à la maison

 

En seconde, et alors qu'à des milliers de kilomètres de là les Bleus débutaient leur 8e de finale de coupe du monde face à la Pologne, Onet a continué à souffrir, encaissant un 4e but, de Texier (49e). Puis l'ASB desserrait logiquement quelque peu l'étau. Et avec l'énergie de l'espoir vain, Brunet faisait trembler les filets, de la tête à la réception d'un corner (75e). Seulement le deuxième but encaissé cette saison par les Héraultais ! Mais  après une faute de Daurenjou dans la surface, Oggad ajoutait un cinquième but sur pénalty. Et alors que Giroud venait de donner l'avantage aux Bleus au Qatar, Deplace envoyait un missile (83e) au fond avant que Riva, entré en jeu, ne signe son départ (86e). De quoi vivre une folle fin ? Eh bien non : Bouhadjar (87e) et Oggad (88e) éteignant tout espoir lors de derniers instants débridés. 

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?