Rodez : à bientôt 40 ans, le club subaquatique se diversifie encore

Abonnés
  • En 2023, le club soufflera ses quarante bougies.
    En 2023, le club soufflera ses quarante bougies. Photo - DR
Publié le

Rodez plongée fêtera ses 40 ans le 15 avril 2023, une maturité qui lui permet de grandir encore. Le club, comptant 140 adhérents, ne peut ainsi répondre à toutes les demandes pour cause de manque de place à Aquavallon ou de logistique pour les activités extérieures. Mais pas de quoi l’arrêter.

Le président de Rodez plongée Xavier Noal précise que le club vit bien grâce à l’enthousiasme des adhérents qui s’impliquent dans la marche du club. "C’est pour cela que le club qui va avoir 40 ans garde son dynamisme en diversifiant les activités telles que la nage en eaux vives dans les rivières du Lot et du Tarn, les plongées spéléos dans les cavités du sud Aveyron ou du département du Lot et le tir sur cible."

Dix personnes s'entraînent chaque semaine

Tir sur cible subaquatique qui est la grande nouveauté du club ruthénois. Un groupe de 10 personnes s’entraîne ainsi chaque semaine sous les conseils de Bertrand Gaudu et Christophe Crepeau, titulaires des trois niveaux de plongée. Il s’agit avec des armes sportives sécurisées (fusil arpon de chasse sous marine acheté dans le commerce) d’atteindre des cibles installées au fond d’une piscine. Le tireur, en apnée, marquera des points en fonction de la précision de ses tirs. Des règles bien précises tant en sécurité qu’en activité sont définies.

Dix tirs exécutés en moins de dix minutes

Crepeau et Gaudu détaillant : "Avant toute chose, bien maîtriser l’apnée, incontournable de 20 secondes en tir simple et 40 secondes en biathlon qui comprend un parcours en apnée plus le tir. Le tir se fait à une profondeur de 2 à 5 mètres avec un fusil arpon et une flèche en acier sans ardillons liée par un câble de 4,5 mètres au fusil pour éviter tout accident de flèche perdue. Le tireur, muni d’une ceinture de plomb d’un tuba/lunettes et palmes, se maintient au fond de la piscine grâce à une ventouse qu’il tient d’une main et le arpon de l’autre main. Au moment du tir, le bout de la flèche doit être à 3 mètres de la cible (un marquage en ‘’T’’ au sol précise la position du bout de la flèche)."

Et de reprendre : "La cible est posée au fond de la piscine sur un chevalet fabriqué par le lycée technique de Decazeville qui a fabriqué l’ensemble des pas de tir utilisés par le club de Rodez. De 50 cm de côté, la cible en polyester comprend 5 mini-cibles de 5 cm de diamètre avec un maximum de deux flèches par cible. Dix tirs sont donc exécutés en moins de 10 minutes, le tireur lâchant son tir va récupérer sa flèche, remonte à la surface, reprend sa respiration et recommence."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Jean-Marc Nicolet
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?