Streptocoque A : 3 décès en France, 6 au Royame-Uni, que sait-on de cette bactérie ?

  • La hausse est inhabituelle. Ces dernières semaines, le nombre d'enfants infectés par le streptocoque A, une bactérie notamment à l'origine de la scarlatine, augmente de façon significative.
    La hausse est inhabituelle. Ces dernières semaines, le nombre d'enfants infectés par le streptocoque A, une bactérie notamment à l'origine de la scarlatine, augmente de façon significative. Archives Centre Presse Aveyron
Publié le

Deux enfants et un adulte sont récemment décédés en France des suites d'infections invasives à streptocoque du groupe A. Quelle est cette bactérie ? Quelles maladies provoque-t-elle ?

Une augmentation inhabituelle du nombre de cas en lien avec des souches bactériennes différentes, et sans doute pas à cause d’une souche unique plus virulente. Et pas de lien entre les nombreux cas signalés depuis une quinzaine de jours tout particulièrement en Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine.

Voilà, en substance, l’état des lieux dressé par la Direction générale de la santé (DGS), à la suite de plusieurs cas d’infections invasives à streptocoque du groupe A, qui ont à ce jour provoqué les décès de deux enfants et d’un adulte. La France n’est pas la seule concernée : le Royaume-Uni déplore lui aussi au moins six décès d’enfants à la suite de ce type d’infection.

Angine, scarlatine…

Ces bactéries sont responsables d’infections fréquentes et le plus souvent bénignes. Celles-ci peuvent toucher les tissus cutanées ou la gorge, comme dans le cas d’une angine ou de la scarlatine, dont l’angine est le premier symptôme. Pour confirmer l’origine bactérienne de ces maux de gorge accompagnés de difficultés à la déglutition, d’un gonflement des ganglions et de fièvre, les médecins sont, dans le contexte actuel, invités à pratiquer des Tests rapides d’orientation diagnostique (TROD).

Si l’origine bactérienne est confirmée, l’amoxicilline est le traitement de première intention afin d’éviter que l’infection ne dégénère vers "des formes plus sévère et parfois réanimatoires, constituant le syndrome du choc toxique", indique la DGS. Le choc toxique streptococcique est "caractérisé par l’apparition soudaine de fièvre et d’autres symptômes fébriles, de douleurs, d’une atteinte multisystémique des organes et pouvant conduire au coma, au choc et à la mort", décrit Orphanet, le portail des maladies rares.

Traitement antibiotique

D’où l’intérêt d’une prise en charge rapide, dans un contexte d’augmentation des infections invasives depuis une vingtaine d’années, selon les données de l’Institut Pasteur, et de tensions d’approvisionnement de l’amoxicilline. Pour y faire face, "une saisine des sociétés savantes est en cours pour préciser les recommandations de prise en charge des cas et des personnes contact", indique la DGS.

En attendant, et alors qu’aucun vaccin n’est disponible pour se prémunir d’une infection à streptocoque du groupe A, l’application des gestes barrière est recommandée, à commencer par le port du masque. La bactérie se propage principalement par inhalation de gouttelettes de sécrétions provenant du nez ou de la gorge, dispersées lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue. Après un traitement antibiotique de 24 heures, la personne infectée ne peut plus transmettre la bactérie, selon la revue médicale de référence MSD Manuals.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?