Rodez au coeur des quartiers : à Bourran, Éric Mazzetti, bien plus qu’un commerçant de quartier

Abonnés
  • Éric Mazzetti compte aujourd’hui six employés dans sa supérette.
    Éric Mazzetti compte aujourd’hui six employés dans sa supérette. Timothée Croisan-Cécina - Centre Presse Aveyron
Publié le

Gérant du magasin Spar de Bourran depuis 2006, le commerçant s’est imposé comme une figure du quartier et bien plus.

"C’est vraiment le destin qui m’a amené ici en Aveyron". Tels sont les mots d’Éric Mazzetti. Né à Marseille, ce commerçant se considère comme "un Aveyronnais de cœur" depuis 1989, année où il débarque à Saint-Laurent-d’Olt, tombe amoureux de sa compagne Gisèle et "de la région". Une région qu’il retrouve finalement en 2000 pour ouvrir, jusqu’en 2010, une première épicerie Spar non loin de la gare de Rodez. C’est en 2006 qu’il en ouvre une deuxième située dans le quartier de Bourran, toujours sous la même enseigne.

"Aimer les gens, c’est ma nature"

Celui "qui a toujours le sourire et ne fait jamais la gueule" est connu dans le quartier "pour avoir la main sur le cœur". Il estime que la recette pour être un bon commerçant et pour durer est "d’aimer les gens, le contact et rendre service. Être accueilli comme on aimerait être accueilli". Une recette qui semble très bien fonctionner depuis maintenant près de 23 ans à Bourran. Après avoir aidé une cliente à remettre son sac sur son dos, au moment de partir, le jeune quinquagénaire confie qu’au-delà d’être un commerçant de quartier, il est aussi "un confident".

Il tend la main à un client "pour le sortir de la rue"

Client depuis plus de 20 ans, Sébastien estime qu’Éric Mazzetti est "convivial, familial. Il n’est pas enfermé dans son magasin. On parle de tout et de rien. Il est devenu un copain". Un avis partagé par Mustapha, lui aussi commerçant à Bourran mais aussi fidèle client pour qui le gérant est "plus qu’un commerçant. C’est une amitié. Il est toujours au travail. C’est tout dans la simplicité". Après lui avoir fait la bise, Stéphanie qui est cliente depuis 2000, résume Éric Mazzetti en trois mots : "bonne humeur, lien social, dévouement". Un dévouement qui a poussé le commerçant de 51 ans, "à tendre la main à Bakari", son employé depuis deux ans, "pour le sortir de la rue". Ou encore à aménager ses horaires d’ouverture, durant le Covid, pour le personnel soignant. Magicien bénévole pour les enfants malades et très impliqué depuis 2006, au sein de l’association Kiwanis qui aide les enfants, Éric Mazzetti est également "gérant formateur depuis 2011".

À l’approche de Noël, le commerçant confie qu’il "aime prendre une nuit entière" pour réaliser la décoration de son magasin de 315 m2. Un magasin qu’Éric Mazzetti continuera à gérer encore un moment après avoir "signé un nouveau contrat de huit ans avec Spar". Ce qui fera certainement la joie des habitants du quartier.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Timothée Croisan-Cécina
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?