Fusillade de Paris : tensions entre manifestants kurdes et police après la prise de parole de Gérald Darmanin

  • Des affrontements éclatent entre des manifestants kurdes et la police.
    Des affrontements éclatent entre des manifestants kurdes et la police. MAXPPP - TERESA SUAREZ
  • Le tireur voulait "manifestement s'en prendre à des étrangers", a déclaré Gérald Darmanin.
    Le tireur voulait "manifestement s'en prendre à des étrangers", a déclaré Gérald Darmanin. MAXPPP - TERESA SUAREZ
Publié le , mis à jour

Un appel à manifester est lancé au sein de la communauté kurde de France après la fusillade qui a fait trois morts et trois blessés, dont un grave.

Le sexagénaire qui a abattu trois personnes d'origine kurde vendredi dans le 10e arrondissement de Paris a "manifestement agi seul", a déclaré le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Le suspect est un ressortissant français de 69 ans qui n'était pas fiché pour radicalisation, a précisé le ministre pendant un point presse dans la rue d'Enghien, où s'est déroulée l'attaque. Il semble avoir eu des motivations racistes mais dans l'attente de son premier interrogatoire par les enquêteurs, le mobile de son acte "n'est pas connu" avec certitude, a-t-il ajouté.

A lire aussi : Fusillade de Paris : trois morts et trois blessés, le tireur visait un centre communautaire kurde

Il semblerait qu'il ait visé un centre communautaire Kurde. Trois personnes ont été tuées, et trois ont été blessées, l'une a été prise en charge en urgence absolue. Le Conseil démocratique Kurde en France a réagi sur les réseaux sociaux en appelant à manifester à Paris, samedi 24 décembre à 12h, sur la place de la République.

APPEL À MANIFESTER
Suite à l'attentat terroriste perpétré contre notre siège aujourd'hui, en fin de matinée, dans lequel trois militants #kurdes ont été tués, nous appelons à une grande manifestation demain, samedi, 12h, Place de la République/Paris

— Conseil Démocratique Kurde en France (@Le_CDKF) December 23, 2022

Le tireur avait attaqué un camp de migrants en 2021

Le tireur présumé était déjà connu des services de police et venait d'être libéré sous contrôle judiciaire après avoir attaqué un camp de migrants à coups de sabre en 2021, dans le 12ème arrondissement. Les "motifs racistes des faits" vont "évidemment faire partie des investigations qui viennent de débuter", a annonvé la procureure de Paris, Laure Beccuau. 

Un témoin, Mehmet Dikek, 67 ans, a confié à Reuters avoir entendu le tireur dire "je suis raciste, j'aime pas les étrangers". Il affirme avoir appelé la police pendant que des personnes sur place se sont chargés de désarmer l'assaillant. 

A lire aussi : Fusillade de Paris : le bilan s'alourdit avec trois morts, l'auteur aurait agi pour des motifs racistes

Le suspect a été blessé et transport à l'hôpital en urgence relative, puis a été placé en garde à vue pour être interrogé par les enquêteurs de la brigade criminelle de la police judiciaire de Paris. Des vidéos de son arrestation circulent sur les réseaux sociaux.

??? [ ATTENTAT RACISTE ] La fusillade en plein #Paris10, ce vendredi matin, a fait au moins 3 morts et 3 blessés. L'assaillant interpellé est âgé de 69 ans, de nationalité française et connu des services de police pour "violences à caractère raciste avec arme et préméditation". pic.twitter.com/m069ekgdUW

— [ Lies Breaker ] (@Lies_Breaker) December 23, 2022

Des tensions entre manifestants et police

Selon BFM TV, des tensions auraient éclaté entre des manifestants et les forces de l'ordre dans le quartier de la fusillade, après la prise de parole de Gérald Darmanin. 

Du gaz lacrymogène a été utilisé pour disperser la foule alors que des projectiles visaient la police. Un chant de solidarité kurde a été entonné par les manifestants. Selon BFMTV, cinq policiers ont été blessés et une personne interpellée.

Tensions entre les forces de l'ordre et des manifestants sur les lieux de la fusillade à Paris pic.twitter.com/NZscO5sFBw

— BFMTV (@BFMTV) December 23, 2022

Des barricades ont été incendiés selon Actu Paris. Certains manifestants seraient furieux envers la France de ne pas reconnaître la fusillade comme un attentat terroriste.

Très vives tensions en marge de la manifestation. Des projectiles lancées sur les forces de police et gaz lacrymogènes #paros10 #fusillade
? @acrufrparis⤵️ pic.twitter.com/7b9U7ND9u1

— Emilie (@EmilieSalabelle) December 23, 2022

De vives réactions des bords politiques

La sphère politique n'a pas tardé à réagir après cette fusillade mortelle. Les responsables de gauche dénoncent une attaque "terroriste et raciste". "L'extrême-droite tue…", a accusé pour sa part le sénateur socialiste de Paris Rachid Temal.

Tristesse et colère devant l'attaque terroriste visant le centre culturel kurde Ahmet Kaya à Paris.
Il y a 10 ans presque jour pour jour, étaient assassinées trois dirigeantes kurdes en plein Paris. Ça suffit!
Protection de nos alliés kurdes ici et là-bas.

— Jean-Luc Mélenchon (@JLMelenchon) December 23, 2022

Pensées et plein soutien aux victimes de la fusillade mortelle à Paris et à leurs proches. Une enquête est ouverte. Gratitude envers les policiers de la @prefpolice qui ont interpellé l’auteur présumé de cet acte odieux, aux @PompiersParis engagés. @GDarmanin se rend sur place.

— Élisabeth BORNE (@Elisabeth_Borne) December 23, 2022

La maire PS de Paris, Anne Hidalgo, regrette que la communauté kurde ait été prise pour cible par "un militant d'extrême-droite"

La communauté kurde et, à travers elle tous les Parisiens, a été visée par ces assassinats commis par un militant d’extrême-droite. Les Kurdes où qu’ils résident doivent pouvoir vivre en paix et en sécurité. Plus que jamais, Paris est à leurs côtés dans ces heures sombres.

— Anne Hidalgo (@Anne_Hidalgo) December 23, 2022

La présidente du groupe RN à l'Assemblée nationale, Marine Le Pen, a parlé d'un "terrible drame" via Twitter. 

Stupeur et émotion après la fusillade en plein cœur de Paris qui a coûté la vie à deux personnes et fait plusieurs blessés. Merci aux forces de l’ordre pour leur rapide et décisive intervention.

Nos pensées vont aux familles des proches frappées par ce terrible drame.

— Marine Le Pen (@MLP_officiel) December 23, 2022

 Emmanuel Macron a quant à lui dénoncé une "odieuse attaque" contre les "Kurdes de France".

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?