Rodez : le tir sur cible, une école formatrice à la concentration et à la maîtrise de soi

Abonnés
  • Le jeune espoir ruthénois Enzo Calmels.
    Le jeune espoir ruthénois Enzo Calmels. J.-M.N.
Publié le

La structure d’apprentissage ruthénoise, anciennement sur l’avenue de l’Europe, est installée avenue de Vabre à hauteur de l’école Saint-Viateur depuis un an et accueille les jeunes de 8 à 15 ans.

Au club de tir ruthénois du président Etienne Ladame, toutes les pratiques et disciplines y sont représentées. D’abord, le tir à la carabine ou au pistolet à 10 mètres, discipline olympique pour les seniors et les dames, qui se pratique avec un calibre 4,5. Mais aussi le tir à la carabine à 50 mètres, discipline olympique également, qui se pratique avec une carabine libre de petit calibre, la 22 LR. Le tir au pistolet à 25 mètres est une discipline olympique pour les dames en 22 LR, mondiale pour les juniors en 22 LR et mondiale pour les seniors en gros calibre. "Personne n’est oublié puisque nous avons notre école de tir depuis toujours. Les enfants de 8 à 15 ans sont encadrés par un animateur possédant le brevet d’État fédéral et peuvent pratiquer, hors vacances scolaires, le tir de compétition et de loisir selon des règles de sécurité strictes", souligne le président du TCSR.

Enzo Calmels, espoir ruthénois déjà bien lancé

Et qui de mieux que Gilbert Richard, titulaire de trois diplômes fédéraux, arbitre cible, arbitre TAR (tir aux armes) et animateur du club pour parler de l’école de tir ruthénoise. "J’ai en charge la formation des tireurs de club de 6 à 77 ans, mais je m’occupe plus particulièrement des novices, des jeunes qui débutent, précise-t-il. Je leur fais faire un essai pour voir si cela correspond à ce qu’ils sont venus chercher avec la carabine ou le pistolet, ce dernier pas avant 10 ans. Et lors des séances suivantes, j’aborde en premier l’aspect sécurité."

La discipline demande des nombreuses qualités, comme comprendre la visée, mais ce n’est le seul ingrédient de réussite du tir. Gilbert Richard enseigne la maîtrise de soi, le lâcher du doigt sur la détente, la respiration, la concentration et le positionnement du corps et des jambes. "Tout cela à petite dose, pour éviter la montée en stress", remarque l’animateur.

Au sein de l’école de tir, ils sont une quinzaine à suivre les cours tous les mercredis. Avec parfois une belle réussite, à l’instar d’Enzo Calmels, 12 ans, qui est détenteur de titres départementaux et régionaux. Et il a déjà inscrit son nom au niveau national. "J’ai fait troisième au championnat de France", précise le tireur en devenir, élève de 5e au collège Saint-Joseph de Rodez.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Jean-Marc Nicolet
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?