Double assassinat de Mandailles : Joël Ayral sera bientôt jugé à Rodez

Abonnés
  • 22 mars 2019 : Henriette et Firmin, un couple de retraités, sont retrouvés assassinés à leur domicile du hameau de Condamines, sur la commune de Castelnau-de-Mandailles.
    22 mars 2019 : Henriette et Firmin, un couple de retraités, sont retrouvés assassinés à leur domicile du hameau de Condamines, sur la commune de Castelnau-de-Mandailles. Archives Centre Presse
Publié le

Plus de trois ans après avoir tué sa sœur et son beau-frère à Castelnau-de-Mandailles, le sexagénaire espalionnais s’apprête à être jugé durant une semaine à Rodez. Il encourt la perpétuité et plaide toujours la légitime défense.

Ce 22 mars 2019, il fait nuit sur le petit village de Castelnau-de-Mandailles près d’Espalion quand Henriette et Firmin sont retrouvés morts à leur domicile. Elle avait 78 ans, lui 82. Pour les enquêteurs, pas de doute possible : ils ont été assassinés. Et d’une façon particulièrement sauvage. Les retraités présentent de multiples plaies à la tête : elles ont été causées par une cisaille et le canon d’un fusil… Cette même nuit, un homme se rend à la gendarmerie d’Espalion. Confus, il dit s’être disputé avec sa sœur et son beau-frère. Il s’agit de Joël Ayral, 62 ans à l’époque des faits. Il est le frère d’Henriette et le beau-frère de Firmin. Du 6 au 12 février prochain, il sera jugé pour ce double assassinat devant la cour d’assises de l’Aveyron. Il encourt la perpétuité.

A lire aussi : Double meurtre de Castelnau-de-Mandailles : le frère plaide la légitime défense

Une affaire d’héritage

Détenu provisoirement à la maison d’arrêt de Montpellier depuis plus de trois ans, Joël Ayral ne cesse de plaider la légitime défense. Il dit s’être rendu ce soir-là sur la propriété familiale "pour tailler un arbuste" et avoir "reçu des coups" avant de se défendre. Sa vie "était en danger", assurera-t-il à plusieurs reprises, tout en demandant sa libération. En vain. Depuis des décennies, frère et sœur ne s’adressaient plus la parole et se déchiraient pour une histoire d’héritage. Joël Ayral, ancien technicien informatique vivant au lieu-dit Les Matelines sur les hauteurs d’Espalion, reprochait à sa sœur d’avoir empiété sur sa parcelle du terrain familial de Castelnau-de-Mandailles. Les deux se menaient une véritable "guerre" judiciaire, jusque devant la Cour de cassation. Le cadet a perdu toutes les procédures. Dont une seulement quelques jours avant le drame. Une décision de saisie à hauteur de 27 900 € avait même été rendue à son encontre.

"Il va y avoir des morts avant samedi", aurait alors lancé un Joël Ayral, décrit comme "furieux". La gendarmerie d’Espalion aurait même recueilli sa colère dans la semaine… sans imaginer le pire.

"Une bombe à retardement"

"C’était une bombe à retardement", confiera durant l’enquête un témoin, rappelant que ce conflit était enkysté depuis des années dans la famille. L’un des voisins de Joël Ayral ira même jusqu’à le décrire "comme un vrai fou !" À Espalion, le père de famille était en conflit avec bon nombre de personnes, dont le maire Éric Picard. "Il y a beaucoup de contre-vérités", s’est défendu récemment devant le juge Joël Ayral. Il aura l’occasion de le faire lors de son procès, aux côtés de son avocat du barreau de Montpellier : Me Jean-Marc Darrigade. Il y a quelques années, ce dernier avait déjà plaidé au tribunal de Rodez au soutien de Marc Féral. L’avocate ruthénoise Me Anne-Sophie Monestier prendra, elle, place sur le banc des parties civiles. Pour porter la parole des cinq filles d’Henriette et Firmin Ayral. Un couple décrit comme "adorable". "On s’est toujours dit que cela allait mal finir avec cette famille. Tout cela pour une histoire de grange, un lopin de terre, c’est choquant, sordide", avait témoigné dans nos colonnes un élu du village, au lendemain d’un drame qui avait particulièrement ému tous les habitants. Choqué, le maire Jean Boyer avait succombé à une crise cardiaque au lendemain des faits…

Meurtre de Villefranche : deux accusés, zéro mobile

Bernard Foursac avait 67 ans. Au matin du 22 juillet 2019, son corps a été retrouvé sans vie, après avoir été roué de coups, dans son appartement en centre-ville de Villefranche-de-Rouergue. Depuis, deux hommes sont accusés du meurtre et détenus provisoirement. Ils seront jugés devant la cour d’assises de l’Aveyron durant trois jours : les 16, 17 et 20 février. Avec cette question : que s’est-il passé cette nuit-là dans l’appartement de Bernard Foursac, une personne appréciée dans la bastide ? Depuis leur incarcération, les deux accusés de nationalité roumaine se rejettent la faute et disent chacun être innocent. L’un est âgé de 24 ans. Il était arrivé en France seulement trois jours avant le drame. Il y avait rejoint son beau-père, installé dans le Lot. C’est le deuxième accusé. Les deux hommes ne se parlent plus et sont détenus dans deux maisons d’arrêt différentes. Le plus jeune, père de trois enfants, a récemment été jugé pour l’agression de surveillants à Druelle. Il a depuis été transféré à Albi et sera défendu par Me Renaud Angles lors du procès devant les assises. Son coaccusé sera assisté de Me Cédric Galandrin. La famille de Bernard Foursac sera assistée de Me Maxime Monfort, du barreau de Montpellier, alors que la substitut du procureur, Émilie Passier, assurera le rôle d’avocate générale.
Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?