Football : mission quasi impossible pour les Ruthénoises face à Lyon en Coupe de France

Abonnés
  • Lors de leur dernière confrontation en coupe de France, le 5 janvier 2019, Lyon avait vaincu 6-0 Rodez à Paul-Lignon.
    Lors de leur dernière confrontation en coupe de France, le 5 janvier 2019, Lyon avait vaincu 6-0 Rodez à Paul-Lignon. JLB
Publié le

Samedi 7 janvier (14 h 30), les sang et or reçoivent Lyon pour la sixième fois de leur histoire en Coupe de France. A l'occasion de ce 16e de finale, les Aveyronnaises retrouveront Paul-Lignon, dans lequel elles n’ont pas joué depuis novembre.

L’année démarre sur les chapeaux de roues pour Rodez. Car pour son entrée en Coupe de France, le club du Piton voit se dresser devant lui une montagne : Lyon, titré neuf fois et finaliste à quatre reprises. "C’est difficile de faire plus gros que Lyon pour démarrer, remarquait Mathieu Rufié, l’entraîneur des Rafettes, la veille de la rencontre. On verra bien ce qu’on est capable de faire avec une semaine dans les jambes." La saison dernière, la tâche s’annonçait moins difficile pour les sang et or avec un 16es de finale contre Grenoble (D2). Mais elles avaient dû lutter jusqu’aux tirs au but (0-0, 3-2 tab) pour se hisser au tour suivant.

Un adversaire à la hauteur de son rang

Et quand on se penche sur l’historique des rencontres de coupe entre Lyon et Rodez, les résultats sont largement à la faveur des Rhodaniennes surnommées Fenottes : cinq victoires en cinq matches, avec une moyenne de six buts par rencontre. De leur côté, les Ruthénoises n’ont, pour l’instant, jamais réussi à trouver le fond des filets lyonnais dans la compétition. Ce sixième duel fera donc office d’un nouveau choc entre " un petit et un très gros ", pour reprendre l’expression du technicien.

Et même si la Coupe de France est réputée pour ses surprises, les Rhodaniennes débarquent en Aveyron plus motivées que jamais. "Ce serait se tromper de penser que Lyon va nous prendre à la légère ou va aligner une équipe bis, assurait Rufié. Parce que Sonia Bompastor (entraîneure de l’OL) l’a dit le jour de leur reprise : elles veulent tout gagner cette année. Elles n’ont pas gagné la Coupe de France l’an dernier, donc je pense que c’est coché. " Il ajoutait : "Je trouve ça bien, qu’en face, on ait l’opposition réelle que Lyon peut nous donner."

"S’il y a une once d’espoir, elles ne vont pas s’en priver"

D’autant que le 1er octobre, pour la première fois que les Ruthénoises et les Fenottes se retrouvaient depuis 2019 et le 16e de finale remporté 6-0 par Lyon, les protégées de Mathieu Rufié ont montré qu’elles pouvaient résister à cette formation "d’une autre sphère". Après avoir subi la loi de l’OL et encaissé deux buts (5e et 33e) sur la pelouse du Groupama Stadium, Laurie Cance et les siennes n’ont pas sombré grâce à leur abnégation défensive en deuxième période. "On peut s’en inspirer. Après, c’est un match de reprise pour les deux équipes, il y aura toujours cette inconnue-là. Mais il peut servir de référence dans le fait qu’on aura moins le ballon qu’elles", reconnaissait l’entraîneur.

Les joueuses du Raf, actuelles dernières du championnat, savent aussi que "l’important réside ailleurs", avec l’objectif d’arracher le maintien en D1. Mais leur coach le rappelle : "Ce sont des compétitrices. S’il y a une once d’espoir de faire quelque chose, elles ne vont pas s’en priver." L’excitation et l’impatience de rejouer à Paul-Lignon pourront donner de l’élan aux Rafettes, "qui y sont toujours animées d’une envie particulière", notait-il. Ça a réussi aux garçons en championnat, le 30 décembre (2-0 contre Dijon). Et peut-être que la magie de Dame Coupe leur donnera un coup de pouce.

Libourel dans le but de Rodez, Renard et Le Sommer du côté de Lyon

"Ce qui est bien c’est que, même s’il y a quelques pépins physiques sur la semaine, au niveau du retour, lundi, tout le monde était bien", se réjouissait Mathieu Rufié, la veille du match. Pas de gros changements à noter dans le groupe ruthénois, si ce n’est que Zoé Stievenart n’a pas été retenue et que Laurie Libourel sera dans le but, comme l’an dernier lors des rencontres de Coupe de France.

Le groupe de Rodez : Libourel, Sieber – Sévenne, Pierre-Louis, Antoine, Hall, Guellati, Bornes – Cance, Saunier, Bousquet, Barbance, Champagnac – Lamontagne, Barrier, Tarrieu.
Le groupe de Lyon : Endler, Holmgren – Bacha, Cayman, Gilles, Morroni, Renard, Sombath – Däbritz, Damaris, Henry, Marozsan, Van de Donk – Becho, Le Sommer, Malard.
Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?