Aveyron : La Roque au temps des seigneurs et du château

Abonnés
  • La tour carrée du château a résisté aux assauts du temps. En contrebas, le village de la Roque Bouillac.
    La tour carrée du château a résisté aux assauts du temps. En contrebas, le village de la Roque Bouillac.
  • Magnifique lithographie d’Émile Lassale, milieu du XIXe siècle, on voit encore la tour ronde.
    Magnifique lithographie d’Émile Lassale, milieu du XIXe siècle, on voit encore la tour ronde.
Publié le

L’histoire de La Roque-Bouillac, village atypique à l’entrée du Bassin decazevillois.

Tout seigneur digne de ce nom doit bâtir une forteresse pour asseoir son autorité. C’est ainsi que le premier chevalier connu, Jean de la Roque, fait ériger un château fort qui, sur un piton rocheux, dominera le village, au début du XIe siècle. Une tour ronde était à pic par rapport à la paroi rocheuse. Puis la bâtisse forma un genre de rectangle avec deux ou trois espaces qui servaient de logis. Une tour carrée sera construite plus tard.

"Nous pensions que les Anglais, lors de la guerre Cent Ans et leur invasion, avaient érigé cette tour. Mais elle devait existait probablement au début du XIVe siècle, les Anglais l’auraient tout au plus restaurée", précise Jean-Pierre Gayrard, notre guide, fin connaisseur du village.

Au milieu du village de La Roque Bouillac se dresse encore un pan de mur imposant, qui aurait servi de tour de guet au cours des guerres de religion, dans les années 1560 et 1570. L’existence n’était pas un long fleuve tranquille durant cette époque agitée.

Les seigneurs prélevaient la dîme

Les seigneurs, contre leur protection, prélevaient la dîme, soit un dixième de la production agricole et du bétail aux villageois, on imagine les difficultés quand les récoltes étaient maigres… Nous déjà avons vu qu’ils demandaient aussi un droit de passage pour les embarcations sur la rivière Lot. Ils exigeaient également un octroi aux pèlerins qui se rendaient à Rocamadour.

Il faut savoir que les seigneurs de la Roque, au fil des générations, étaient influents et ont été introduits à la cour de France. Guerroyer ou se transformer en diplomates furent parfois leur affaire. La famille, par le jeu des alliances, possédait en outre d’autres noms en rapport avec leurs possessions.

Au XVIe siècle, l’un des descendants fait bâtir le château de Bouillac, jugeant l’endroit plus accessible car monter à celui de La Roque Bouillac par un chemin abrupt demande un réel effort physique. Son frère n’occupa plus le château et préféra vivre au village, dans ce que l’on appelle aujourd’hui la maison du seigneur, autrefois magnifique demeure à encorbellement, l’une des rares du Sud-Ouest à posséder des rinceaux (motifs ornementaux en forme de volutes végétales). Après l’extinction de la branche aînée de la famille de La Roque, la vieille forteresse est vendue à un privé et connut plusieurs propriétaires. Il n’en reste plus que des ruines et la tour carrée, dernier symbole d’une puissance seigneuriale.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?