Decazeville. Aveyron : le portage des repas à domicile est menacé dans le Bassin decazevillois

  • Le portage à domicile des repas devrait prendre fin le 1er mars 2023.
    Le portage à domicile des repas devrait prendre fin le 1er mars 2023. R.L.
Publié le

Les syndicats CGT des agents territoriaux du Bassin Aubin-Decazeville et FO dénoncent, via une lettre ouverte adressée aux élus municipaux de Decazeville communauté, la remise en question, par la mairie, du portage à domicile des repas.

Les syndicats CGT des agents territoriaux du bassin Decazeville-Aubin et FO interpellent les élus de Decazeville communauté quant à la menace qui pèse sur le portage des repas à domicile, un service organisé par la mairie. Cela concernerait, selon eux, les bénéficiaires extérieurs. Ces derniers "ne seraient plus desservis par ce service, ce qui représente quelque 8 500 repas par an environ", précisent les territoriaux CGT.

"Une décision justifiée par la municipalité par la recherche d’un équilibre comptable et pour que l’impôt des Decazevillois bénéficie aux Decazevillois", précise dans sa lettre ouverte, le syndicat CGT des agents territoriaux. "Les personnes âgées de l’ensemble des communes de la communauté de communes ne recevront plus les repas de la part de la cuisine centrale. Pour la municipalité, le portage à domicile à l’extérieur n’est pas rentable. Nous parlons d’un service public, mais eux restent dans une logique de rentabilité", s’exaspère Valérie Fabre, représentante syndicale CGT decazevilloise, travaillant au service des écoles à la mairie de Decazeville. Et d’ajouter : "Cela soulève de nombreuses questions. Les communes pourront-elles assurer elles-mêmes ce service ? Je ne sais pas", s’interroge-t-elle.

Deux emplois menacés

Parmi les différentes interrogations, celle de la sauvegarde des emplois des agents semble primordiale. "Jusqu’à présent, deux personnes étaient en charge du portage des repas à domicile. La municipalité veut donc réduire ce service à un seul portage. La question du personnel nous pose donc soucis. Au total, quelque deux emplois et demi sont menacés", regrette Valérie Fabre. "Pour nous, ce service et ces agents ont besoin d’être entendus et doivent être rassurés quant au devenir de celui-ci. C’est à cela que nous entendons nous attacher, dans l’intérêt des usagers certes, mais aussi des agents", peut-on lire dans la lettre ouverte. Des discussions entre la municipalité, les agents et les syndicats devraient alors être engagées.

"La mise en œuvre d’une politique de replis"

Et Jean-Luc Vernhes, secrétaire départemental des territoriaux CGT d’insister : "Le portage à domicile des repas à l’extérieur coûte cher, certes, mais n’oublions pas que nous parlons là d’une population fragile, le plus souvent des personnes âgées. Nous sommes au sein d’un territoire économiquement fragile, dit-il, et nous ne pouvons pas tout à la fois mettre en avant notre territoire et mettre en œuvre des politiques de replis."

Une mise en exergue des enjeux économiques qui interpelle le syndicat qui appelle à la recherche de solutions "non pas en opposant les uns, les autres, mais bel et bien dans un esprit communautaire. Des coopérations intercommunales, librement consenties et mutuellement avantageuses permettent tout à la fois de maintenir l’offre de service public et en développer d’autres, nous avons toujours soutenu cette idée", assure le syndicat. Un esprit communautaire "qui permet de nous retrouver sur le territoire pour défendre les services publics de l’hôpital, de la poste, la SNCF, l’éducation mais aussi l’emploi comme à la Sam dernièrement", insiste, dans sa lettre, le syndicat. Une lettre ouverte que le syndicat CGT des agents territoriaux a envoyée à l’ensemble des élus communautaires. "L’objectif est avant tout d’alerter les municipalités, les élus et bien entendu les usagers", assure Valérie Fabre.

Contacté, François Marty, maire de Decazeville et président de la communauté de communes, n’a pas souhaité répondre à nos sollicitations précisant que des discussions avec les agents et les syndicats allaient s’ouvrir.

Adrien Valette
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?