La marque Mont Lait, créée par un Aveyronnais il y a plus de 10 ans, accueille son nouveau président

Abonnés
  • Dominique Barrau a beaucoup œuvré pour la réussite de cette marque laitière.
    Dominique Barrau a beaucoup œuvré pour la réussite de cette marque laitière.
Publié le

Yannick Fialip, éleveur et président de la chambre d’agriculture de Haute-Loire succède à l’Aveyronnais Dominique Barrau, tandis que la marque fête cette année ses 10 ans et ne cache pas de nouvelles ambitions.

En fin d’année dernière, lors du conseil d’administration, Dominique Barrau a cédé la présidence de son "bébé". À savoir la marque Mont Lait, qu’il a fait naître il y a une douzaine d’années. Souhaitant prendre un peu plus de recul, l’éleveur de Luc a laissé la place à Yannick Fialip, président de la chambre d’agriculture de la Haute-Loire.

Un éleveur qui fait partie de cette petite bande qui a eu l’idée, un jour, de créer cette marque. Guidée par un objectif : permettre aux producteurs de lait de vaches d’être rémunéré à leur juste valeur.

12 millions de litres de lait et 400 producteurs

Aujourd’hui, ce sont 12 millions de litres de lait issus de quatre cents producteurs répartis dans les départements du Massif central qui partagent les mêmes spécificités géographiques (Aveyron, Cantal, Haute-Loire, Corrèze, Lozère, Creuse et Puy-de-Dôme) qui font vivre cette marque.

Et l’on peut dire qu’elle vit bien au regard de cette croissance continue et des objectifs que nourrit l’association de producteurs de lait de montagne (APLM) (1).

Le lait, mais aussi le fromage à raclette et le beurre "Mont Lait" font également leur bonhomme de chemin dans les rayonnages de la grande distribution. Grâce notamment à la mobilisation de tous les éleveurs concernés comme aiment à la répéter Dominique Barrau ou son successeur Yanick Fialip.

D’ailleurs, d’importants projets sont dans les cartons de l’association de producteurs qui envisage notamment la fabrication d’un fromage de montagne et la réalisation d’un nouveau packaging.

"Le consommateur est sensible à deux éléments. Il se demande si le producteur gagne bien sa vie et si les animaux sont bien élevés. En 2017, pour continuer la croissance, on a lancé un chantier avec l’Inra qui a permis la création d’un cahier des charges pour que la qualité d’un lait de montagne soit préservée par une alimentation des vaches qui ressemble à une réalité montagne", avait résumé Dominique Barrau dans nos colonnes pour expliquer le succès de Mont Lait.

Un succès que Mont Lait, après avoir gagné ses territoires du massif central voudrait bien voir s’afficher dans les rayons des grandes surfaces du Lyonnais, de la Loire et de l’Ouest de la France.

Si la marque en est là, c’est qu’elle a bien grandi. Et Dominique Barrau peut la laisser marcher, tout ne veillant sur elle, puisqu’il reste au sein du conseil d’administration.

(1) le siège social de l’APLM se situe à Clermont-Ferrand tandis que le siège administratif se trouve à la chambre d’agriculture de l‘Aveyron.

Nouveau packaging

Les dix ans de la naissance de la brique "Mont Lait" rejointe depuis par du fromage à raclette et du beurre, vont être fêtés comme il se doit. Alors que les contours de la manifestation qui célébrera cette décennie sont encore en discussion, plusieurs éléments viennent marquer ces dix ans.À commencer par un nouveau packaging. "Un visuel qui traduit encore davantage son caractère montagnard avec pour la brique une nouveauté : 6 versos différents qui racontent les valeurs de Mont Lait", relate l’APLM dans un communiqué. Et dès ce lundi, ce sont des spots radio qui seront diffusés sur les ondes des principales radios de la région Massif central.
Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Philippe Routhe
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?