Réforme des retraites : ce qui est prévu en Aveyron pour la grève du 19 janvier

Abonnés
  • Sept des huit syndicats aveyronnais réunis avant la manifestation du 19 janvier.
    Sept des huit syndicats aveyronnais réunis avant la manifestation du 19 janvier. Timothée Croisan-Cécina
Publié le , mis à jour

L'intersyndicale aveyronnaise appelle à manifester jeudi 19 janvier à Rodez contre le projet de réforme des retraites.

Comme partout en France, le département aveyronnais s’attend à un jeudi noir cette semaine. En attendant, c’est une intersyndicale aveyronnaise quasiment au complet qui s’est réunie mardi 17 janvier dans les locaux de l’Union Locale de la CGT à Onet-le-Château.

Pour David Gistau, secrétaire départemental de la CGT, "c’est historique de se retrouver avec autant de monde douze ans après ce qui montre une opposition très forte à cette réforme". À l’époque, l’intersyndicale se réunissait déjà contre la réforme des retraites. Aujourd’hui, le projet proposé par le gouvernement prévoit notamment un décalage de l’âge de départ de 62 à 64 ans.

A lire aussi : Grève du 19 janvier : ce ministre recommande le télétravail en prévision d'une "journée de galère"

"C’est un hold-up gouvernemental"

Pour Jacques Douziech, secrétaire générale de l’union départementale CFE-CGC, "cette réforme est injuste et n’est pas nécessaire. C’est un hold-up gouvernemental sur nos retraites". Secrétaire général FO de l’Aveyron, Emmanuel Dumas, estime "qu’on n’a pas eu de dialogue et de concertation. Les femmes et les carrières longues vont trinquer. On ne veut pas que nos enfants aient des retraites misérables".

De son côté, la CFDT, par l’intermédiaire de son secrétaire départemental, Gaël Lafarge considère que "la mesure d’âge proposée par le gouvernement est injuste. C’est une ligne rouge qui ne peut être franchie". Pour ce dernier, l’objectif est "de faire annuler purement et simplement cette réforme". Estimant que cette réforme est "un recul social sans précédent", la CGT souhaite un "retour de la retraite à 60 ans et à 57 ans pour les métiers pénibles".

A lire aussi : Grève du 19 janvier : où sont prévues les manifestations en Occitanie contre la réforme des retraites

Une forte mobilisation attendue

Se disant "très confiante sur le succès de jeudi", l’intersyndicale confie avoir, tous secteurs cofondus, "des salariés très motivés pour se mobiliser et faire entendre leurs voix face au gouvernement". Pour l’occasion, sept bus seront mobilisés : trois dans le Sud Aveyron, deux à Villefranche et à Decazeville. Pour David Gistau, "c’est un indicateur sans compter les nombreux appels reçus dans nos locaux et permanences".

La manifestation, qui devrait durer près de trois heures, démarrera à 14 heures le jeudi 19 janvier sur l’Esplanade des Rutènes avec une prise de parole suivie d’un départ du cortège avec une banderole tenue par l’intersyndicale portant le slogan "Non à la réforme des retraites".

A lire aussi : Grève du 19 janvier : transports, police, énergie... Ces secteurs qui appellent à manifester jeudi

Le cortège se rendra près de la cathédrale, la place d’Armes, le collège Fabre jusqu’au commissariat puis la mairie et enfin sur la place du Bourg avant de se disperser. Cette manifestation "n’est qu’une première étape de lutte qui se poursuivra dès la semaine d’après" annonce David Gistau.

La police, qui mettra en place des déviations pour permettre la progression du cortège en sécurité, invite les automobilistes qui seraient amenés à se rendre en centre-ville de Rodez, à "différer leurs déplacements ou à éviter le secteur des boulevards et du coeur de ville durant la manifestation".

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Timothée Croisan-Cécina
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Anonyme13114 Il y a 13 jours Le 18/01/2023 à 13:15

Ou est la parité ? Zéro femme sur la photo.
Sur le fond voici des personnes qui rêvent que l'on puisse prendre sa retraite à la fin des études, tout ça payé par les "riches" bien sûr.