Aveyron : après la forte mobilisation contre la réforme des retraites, les syndicats maintiennent la pression

  • De droite à gauche : Jacques Douziech (CFE-CGC), Emmanuel Dumas (FO), Myriam Dequéant (UNSA) et Gaël Lafarge (CFDT)
    De droite à gauche : Jacques Douziech (CFE-CGC), Emmanuel Dumas (FO), Myriam Dequéant (UNSA) et Gaël Lafarge (CFDT) Centre Presse Aveyron - Ph. H.
Publié le , mis à jour

Ce vendredi 20 janvier, en fin de matinée, des représentants de l'intersyndicale ont rencontré le député Stéphane Mazars à sa permanence de Rodez. 

Ce vendredi 20 janvier, en fin de matinée, une délégation de cinq représentants syndicaux est allée à la rencontre du député (LREM) Stéphane Mazars. Après le rassemblement massif de jeudi, où
11 000 à 12 500 manifestants se sont retrouvés à Rodez pour s'opposer à la réforme des retraites voulue par le Gouvernement, ils entendaient "maintenir la pression et rappeler que la majorité des Français reste opposée à l'augmentation de l'âge de départ à la retraite". 

A lire aussi : Réforme des retraites : entre 11 000 et 12 500 manifestants, mobilisation historique en Aveyron

"Toute la question sera de savoir si ce mouvement pourra tenir sur la durée, explique Emmanuel Dumas, secrétaire général de FO. Mais nous allons tout faire pour." Déjà, d'autres rendez-vous ont été prévus. Le prochain rassemblement départemental, à Rodez donc, aura lieu le mardi 31 janvier à 14 heures. Cette date a été choisie lors de la réunion entre les huit principaux syndicats français réunis en intersyndicale, pour laisser le temps aux organisations de déposer de nouveaux préavis de grève et de pouvoir remobiliser sur le terrain.

Manifestations locales le 23 janvier

Dans un même temps, plusieurs organisations ont appelé également à des manifestations locales lundi 23 janvier, à 17 h 30, lors de la présentation en Conseil des ministres du projet de réforme des retraites, avec des concerts de casseroles, des rassemblements devant les préfectures et sous-préfectures (Rodez, Millau et Villefranche-de-Rouergue). 

"Il faut également souligner que nous avons vu la mobilisation de certaines professions qui n'ont pas forcément l'habitude de descendre dans la rue, souligne Jacques Douziech, président du syndicat CFE-CGC. Et puis, il y a également les professionnels de santé, les personnes qui travaillent dans les Ehpad qui n'ont pas pu assister à la manifestation mais sont pour la plupart très remontés contre cette réforme."

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Anonyme13114 Il y a 15 jours Le 20/01/2023 à 20:54

Juste assez pour faire une belote.