Marché de Rodez : qu’il pleuve ou qu’il neige, les commerçants résistent

  • Le marché du Bourg s’est tenu, mercredi, dans un paysage enneigé.
    Le marché du Bourg s’est tenu, mercredi, dans un paysage enneigé. Centre Presse Aveyron - Alexia Ott
  • Pascal Bessoles vend du miel sur le marché du Bourg.
    Pascal Bessoles vend du miel sur le marché du Bourg. Centre Presse Aveyron - Alexia Ott
Publié le

Tandis que la neige recouvrait les rues, mercredi, et que des températures pouvant aller jusqu’à
- 10°C sont annoncées aujourd’hui, les commerçants du marché du Bourg répondent présents.

Ce n’est pas facile mais on a l’habitude." Pascal Bessoles, apiculteur récoltant et vendeur de miel, vient à la rencontre du froid pour l’unique raison que "l’on ne peut pas exercer son métier uniquement quand il fait beau, il suffit de s’habiller suffisamment". Habitant du Pas, il n’a pas souffert pour faire la route, qui était dégagée. Frédéric Marchand, maraîcher, vient de Naucelle. Il confie que la route était enneigée un peu avant Baraqueville : "S’il neigeait un peu plus, ça poserait problème".

"Les légumes ne supportent pas le froid"

Concernant le froid, il ne le subit pas vraiment ce mercredi : "Ça fait dix ans qu’on fait les marchés, on a l’habitude, on se couvre." Cependant, il n’est pas présent aujourd’hui. Sont annoncées des températures pouvant descendre jusqu’à - 10°C. "Les légumes ne supportent pas le froid, les salades gèlent, on ne peut pas y toucher." Bien qu’il soit équipé d’un voile d’hivernage qui permet d’ajouter jusqu’à 4 degrés aux légumes, pour ce samedi, "ça ne suffira pas".

Il conclut : "Pour les maraîchers, ce n’est pas la meilleure saison." Guilhem Pouget, producteurs de pommes, a trouvé la solution pour pouvoir vendre des fruits et des légumes. Aujourd’hui, sur le marché du Bourg, il est équipé d’une bâche pour entourer les produits et d’un réchaud, ce qui permet de gérer la température ambiante.

Pascal Bessoles remarque qu’il y a un petit peu moins de monde que d’habitude : "Les gens qui doivent se déplacer préfèrent rester chez eux." Léo Chauchard, vendeur d’aligot et de truffade, confirme qu’il y a moins de monde dans les rues. Cependant, il précise qu’il y a certes moins de promeneurs, mais que les personnes présentent sur le marché du Bourg sont là pour acheter.

"Plus il fait froid, plus je travaille"

Il est l’un des seuls commerçants ravis de ces conditions climatiques. Il ne subit pas le froid étant donné qu’il est entouré de deux sources de chaleur : "C’est plus compliqué pour les clients que pour moi." De plus, l’aligot et la truffade sont des plats qui se prêtent aux basses températures : "Plus il fait froid, plus je travaille."

Rencontre avec Gaëlle, revendeuse de fruits, et Audrey, une de ses clientes. La première affirme que "c’est plus agréable de travailler quand les beaux jours arrivent". Audrey, quant à elle, est ravie que Gaëlle soit présente : "On est content qu’elle soit là, sinon on n’aurait pas de mandarines." Elle confie tout de même qu’elle profite d’avoir quelque chose de prévu non loin pour venir au marché, "sinon c’est possible que je ne sois pas venue". Elle apporte son soutien aux commerçants et confie aimer le contact avec eux. "Je suis contente que les commerçants soient présents."

Alexia Ott
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?