Retour de la guerre des roses au PS : les deux candidats revendiquent la victoire au poste de premier secrétaire

  • Nicolas Mayer-Rossignol (à g.) et Olivier Faure, les deux rivaux que le parti a du mal à départager.
    Nicolas Mayer-Rossignol (à g.) et Olivier Faure, les deux rivaux que le parti a du mal à départager. Midi Libre - M. E. / M. A.
Publié le

Olivier Faure est en tête avec 50,83 % des voix selon le Parti socialiste. Son rival conteste ce résultat. L'Aveyron a placé en tête le candidat sortant Olivier Faure.

C’est une crise interne qui semble se dessiner au Parti socialiste depuis le vote organisé jeudi soir pour élire son nouveau premier secrétaire. En effet, le parti a annoncé vendredi matin la reconduction d’Olivier Faure à sa tête. Un résultat aussitôt contesté puisque dans la foulée, la victoire était revendiquée par son adversaire, le maire de Rouen, Nicolas Mayer-Rossignol.

Selon les résultats proclamés par le PS, Olivier Faure aurait obtenu 12 076 des voix, soit 50,83 % des suffrages exprimés, contre 11 683 (49,17 %) pour Nicolas Mayer-Rossignol, ce qui représente une très courte avance de moins de 400 voix, selon les chiffes également communiqués par le parti.

Nicolas Mayer-Rossignol a contesté l’annonce de la reconduction d’Olivier Faure, mettant en avant des "irrégularités graves et manifestes" lors de la tenue du scrutin. "Je demande que la commission de récolement soit réunie. Sans elle, aucun résultat ne peut évidemment être proclamé", a-t-il déclaré sur Twitter.

Sur Twitter où Michaël Delafosse, le maire et président de la Métropole de Montpellier, soutien de Nicolas Mayer-Rossignol (comme la présidente de la Région Occitanie Carole Delga), commentait l’issue du scrutin en des termes particulièrement virulents : "Olivier Faure incapable de rassembler les militants de son parti, incapable d’organiser un scrutin impartial, incapable d’être transparent sur les résultats, il a perdu démocratiquement comme l’attestent tous les résultats recollés. Il est en train de perdre moralement".

O. Faure incapable de rassembler les militants de son parti, incapable d’organiser un scrutin impartiale, incapable d’être transparent sur les résultats, il a perdu démocratiquement comme l’atteste tous les résultats recollés. Il est en train de perdre moralement.

— Michaël Delafosse (@MDelafosse) January 20, 2023

Résultats définitifs au congrès de Marseille ?

Kamel Chibli, vice-président de la Région Occitanie, renchérissait : "J’ai assisté cette nuit à la plus grande mascarade du siècle, une tentative de putsch orchestrée par Olivier Faure et ses amis. Nous contestons les résultats d’autant qu’il y a des fraudes organisées dans de nombreuses fédérations", lâchait-il sur le réseau social, avant d’évoquer une élection digne d’une République bananière".

Tentative de putsh de la direction du @partisocialiste qui refuse le verdict des urnes et refuse de prendre en compte les résultats @faureolivier &ses amis ont une lourde responsabilité en voulant annoncer les résultats tout seul sans recollement,digne d’une République bananière

— Chibli Kamel (@kamelchibli) January 20, 2023

Loïc Linares, référent d’Olivier Faure dans l’Hérault, évoquait, lui, vendredi soir, "un vote un peu tendu", qu’il expliquait parce "qu'on est dans le cadre d’un congrès avec une importance stratégique qui a durci les débats. Mais les données brutes parlent d’elles-mêmes et donnent Olivier Faure victorieux avec 50,83 % des voix. Olivier Faure qui était déjà arrivé en tête la semaine dernière. Et maintenant ? Nos statuts prévoient que les délégués valident ces résultats lors de notre congrès à Marseille".

Un congrès qui se déroulera du 27 au 29 janvier prochains. À moins que la commission de récolement ne se réunisse prochainement. Dans les deux cas, l’ambiance promet d’être explosive.

L’Occitanie sacre Mayer-Rossignol, l'Aveyron Olivier Faure

Comme la semaine dernière pour le vote sur les textes d’orientation, l’Occitanie a placé en tête Nicolas Mayer-Rossignol, largement, puisque trois départements sur treize seulement placent Olivier Faure en tête (Aveyron, Tarn-et-Garonne, Haute-Garonne). Partout ailleurs, le maire de Rouen s’impose, avec 88 % des voix dans les Pyrénées-Orientales, 83 % dans l’Hérault, 66,67 % en Lozère, 65 % dans le Gard, et 50,66 % dans l’Aude. Et avec 66,29 % (2 901 voix) en Occitanie, Nicolas Mayer-Rossignol obtient son meilleur score dans les régions françaises.

Vincent Coste