Quilles de huit : il y a du mouvement sur les terrains aveyronnais

Abonnés
  • La championne de France Eléana Rouquette (Grand-Vabre) a rejoint Saint-Christophe, Jérémy Pradalier (Onet, en haut) a signé à Inières. Et Antoine Dauban (en dessous), sacré champion de France par équipes avec la SA Paris l’été dernier, descend en Aveyron pour jouer sous les couleurs du Nayrac.
    La championne de France Eléana Rouquette (Grand-Vabre) a rejoint Saint-Christophe, Jérémy Pradalier (Onet, en haut) a signé à Inières. Et Antoine Dauban (en dessous), sacré champion de France par équipes avec la SA Paris l’été dernier, descend en Aveyron pour jouer sous les couleurs du Nayrac. Centre Presse Aveyron - Jean-Louis Bories
Publié le

À un mois et demi du début du championnat de l’Aveyron, il est l’heure de faire un point sur les mutations. Avec notamment deux champions de France qui ont changé de maillot.

Alors que certains quilleurs de huit ont déjà retrouvé le chemin des terrains avec le challenge mixte, le championnat corpo ou la coupe de printemps, les lignes ont bougé dans les clubs aveyronnais. À maintenant un mois et demi de la première manche de la saison 2023, il est temps de faire un point sur les changements de maillot.

Deux champions de France mutent

Parmi les 66 mouvements de l’intersaison, deux champions de France en titre ne joueront plus sous les couleurs qu’ils portaient sur le podium. C’est le cas d’Eléana Rouquette (49,25 quilles de moyenne), sacrée chez les féminines à Saint-Amans l’été dernier, qui quitte Grand-Vabre pour Saint-Christophe. Championne d’Honneur en 2022 avec son ancien club, elle évoluera en Excellence cette année, avec Estelle Volte (reprise).

Et du côté de la capitale, l’équipe fanion de la SA Paris perd un de ses membres. Antoine Dauban (50,67), champion par équipes en Excellence avec les Guibert et Anthony Chauvet, rentre au pays et signe au Nayrac pour jouer en Essor. Il y retrouvera d’ailleurs son frère, Quentin (46,89), qui a posé ses valises en Aveyron il y a quelques années et alignait les rangées du côté de Florentin avant de rejoindre Le Nayrac à l’intersaison pour évoluer en district.

Jérémy Pradalier, du jaune au orange

En Excellence féminine, Auriane Marty (42,50) fait son retour à Luc après cinq saisons au Piboul. Cette année, elle sera en doublette avec sa sœur Anaïs, qui avait terminé 10e du championnat en 2022 avec Julie Doumayzel déjà sous le maillot bordeaux. Un peu plus au nord, une autre fratrie change de couleurs : celle de Fabrice (49,30) et Julien Couderc (48,00), qui garde le jaune pour le transformer en (sang et) or. Les anciens membres de la quadrette d’Honneur de Gages font partie des huit quilleurs qui rejoignent les rangs ruthénois, soit le plus gros afflux de l’intersaison à égalité avec Trémouilles (lire ci-contre), pour jouer en Promotion.

Et autre changement majeur en Élite masculine : Jérémy Pradalier (53,26), 10e du championnat de France de Saint-Amans et capitaine de l’équipe fanion d’Onet depuis 2017, troque le maillot jaune pour la tunique orange. Il prend les rênes de la quadrette d’Inières promue en Excellence aux côtés de Julien Clamens, Antonin et Pierre-Axel Vigouroux. "C'est le soir des masters de Montpellier (en septembre), après avoir joué avec Antonin, qu'il m'a proposé de venir à Inières pour faire une équipe de quatre jeunes avec les meilleures moyennes du club (206,36)", se souvient Pradalier. Après quelques semaines de réflexion, il voyait son rêve de qualification au championnat de France par équipes lui tendre les bras. "Ce sera notre première année ensemble, on ne doit pas se mettre de pression mais l'objectif serait de faire top 8 en championnat pour pouvoir aller au 'France'", se projette-t-il en ajoutant que ses anciens coéquipiers l'"ont soutenu" dans sa décision. 

Hugo Bastard : "J'aurai le temps de jouer en Excellence, plus tard"

Pour remplacer Pradalier, Onet fait monter Laurent Cussac (48,14), qui jouait en Promotion B la saison dernière. Et dans ce mouvement, le précédent capitaine de l’équipe d’Inières vice-championne d’Honneur en 2022, Hugo Bastard (49,50), prend quant à lui la direction de Colombiès. "Le club voulait faire une grosse équipe d’Excellence", confirme Bastard qui avait muté de Lassouts "pour jouer entre copains". Avec ses études de Staps et son poste de centre chez les rugbymen espoirs d’Aurillac, le quilleur formé à Bozouls n’était pas sûr de pouvoir assurer toutes les manches, notamment les premières. Il jouera donc avec son père, Loïc, en Promotion. "Les quilles, c’est le sport que je préfère pratiquer. J’aurai le temps de jouer en Excellence, plus tard, après le rugby. J’y vais pour le plaisir, mais je suis quand même un compétiteur : si on peut jouer le "France" par équipes, on le fera !" Ne reste plus qu’à mettre le gabarit à un mètre.

Le chiffre

8

Sur la liste des mutations pour la prochaine saison, deux clubs ont enregistré le plus grand nombre d’arrivées, à savoir huit chacun sur 66 mouvements : Rodez et Trémouilles. Ce qui représente presque un quart des mutations.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Margot Pougenq
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?