Aveyron : des inquiétudes sur le devenir des urgences au centre hospitalier de Decazeville, l'intersyndicale alerte

  • Lors d’une mobilisation pour soutenir l’offre hospitalière.
    Lors d’une mobilisation pour soutenir l’offre hospitalière.
Publié le
Centre Presse Aveyron

Ce service qui fonctionne grâce à des médecins intérimaires risque d'être mis à mal par une loi qui entre en vigueur début avril. Explications.

L’intersyndicale CGT, CFDT de l’hôpital de Decazeville et le personnel sont très inquiets sur l’avenir du service des urgences par rapport à la mise en place de la loi RIST, début avril, et souhaitent communiquer, alerter la population et agir. En effet, cette loi ayant pour but de plafonner les rémunérations des médecins intérimaires risque de mettre à mal le service d’urgences qui fonctionne grâce à eux.

La loi RIST dans le viseur

Dans une lettre envoyée à l’ARS Aveyron, l’intersyndicale souhaite faire part de ses inquiétudes face à la loi RIST "applicable début avril. Nous savons que des réunions de travail se tiennent régulièrement avec vos services et les directions du GHT concernées afin d’anticiper les effets que pourrait avoir la Ioi RIST sur les services et en particulier sur les urgences".

Et d’ajouter : "En ce qui concerne l’hôpital de Decazeville, nous ne pourrions accepter qu’un service de plus soit en danger ou amoindri et mette ainsi en danger notre bassin de population".

"Préserver en intégralité le service des urgences"

Selon les syndicats, "il est capital pour la population comme pour l’hôpital et pour son personnel de préserver en intégralité le service des urgences avec ses deux lignes de jour comme de nuit, 24 heures/24. Nous vous demandons expressément de protéger notre établissement car cette ultime attaque serait le coup de trop qui entraverait le fonctionnement de l’hôpital. Le Covid… L’incendie… Et maintenant la loi RIST ! La dernière mobilisation pour la défense de nos services a rassemblé 800 personnes devant l’hôpital, preuve de l’attachement et de la nécessité pour la population de maintenir notre activité".

Demande de rendez-vous à l'ARS

L’intersyndicale demande de fait un rendez-vous rapide auprès des services de l’ARS.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
tatou Il y a 2 mois Le 27/03/2023 à 10:31

Vu le salaire des intérimaires, il était temps que la loi régule cette dérive qui plombe le budget général des hôpitaux. Un véritable scandale (5 fois le salaire d'un titulaire!)

Anonyme13114 Il y a 2 mois Le 27/03/2023 à 09:26

Le syndicalistes n'ont qu'à payer la différence. Assez de ces gens qui jouent avec l'argent des autres.