Marché de Rodez : Jérôme Ratier, propose sa large gamme de fromages

Abonnés
  • Jérôme Ratier annonce la production prochaine de yaourt à base de lait fermier.
    Jérôme Ratier annonce la production prochaine de yaourt à base de lait fermier.
Publié le
Alexia Ott

Jérôme Ratier, agriculteur à Najas, situé commune de Bessuéjouls, produit des fromages fermiers depuis plus de 20 ans. Sur la place du Bourg, il présente de nouveaux produits issus de la production de ses 30 vaches laitières montbéliardes.

Le Gaec des deux Causses est une entreprise familiale de producteurs de fromages fermiers de vache, installée à Najas, commune de Bessuéjouls.

Initialement créé par la mère de son beau-frère, en 1963, Jérôme Ratier, passionné par l’élevage et installé depuis 1998, élève, avec sa sœur et son beau-frère, 30 vaches laitières montbéliardes, et transforme le lait en fromages traditionnels de la haute vallée du Lot, à la ferme. Il redistribue ensuite la production aux commerçants de Bozouls, de Rodez et d’Espalion et vend ses produits sur le marché ruthénois de la place du Bourg et à Saint-Geniez-d’Olt, le samedi, et à Espalion, le vendredi.

Une volonté d’élargir la gamme

L’entreprise familiale a débuté par la production du fromage les "deux Causses" (faisselles affinées). En 2000, Jérôme Ratier et sa famille se sont dotés d’une nouvelle laiterie afin d’accroître leur production. Quelques années après, ils ont élargi leur gamme en proposant du fromage crémeux, du fromage moulé à la louche, de la faisselle… Le fromage blanc battu leur a d’ailleurs fait remporter le concours départemental de la foire à Espalion, il y a deux ans.

Lors du confinement, en 2020, ils ont lancé la fabrication de petites tommes. "On ne savait pas que faire du lait supplémentaire, on en a fait de la tomme." Une volonté d’élargir la gamme qui ne faiblit pas année après année. "C’est intéressant de faire de nouveaux produits, c’est un défi." La dernière nouveauté en date de l’entreprise est la vente de lait pasteurisé en bouteille et en vrac, les clients ayant la possibilité de venir se servir directement au bidon. "Cela permet d’économiser l’emballage, c’est plus écologique, les gens sont très demandeurs de ça."

Et ce n’est pas fini. D’ici quelques semaines, il sera possible d’acheter des yaourts 100 % produits localement, sur la place du Bourg.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?