Aveyron : bientôt 12 éoliennes de 180 mètres au cœur des Palanges ?

  • D’après un photomontage, présenté dans le dossier d’avant-projet, voici la vue sur le futur parc éolien depuis le col d’Aujols.
    D’après un photomontage, présenté dans le dossier d’avant-projet, voici la vue sur le futur parc éolien depuis le col d’Aujols. Résonance urbanisme et paysages / Repro CPA
Publié le , mis à jour
Alexis Roux

Le groupement forestier du Mas Berthier, avec l’entreprise spécialisée Incidences, prévoit un vaste projet de parc éolien. Dans les Palanges, certains sont d’ores et déjà vent debout.

Une installation d’envergure qui permettrait de couvrir la consommation de 60.000 personnes en électricité. C’est le projet porté par le groupement forestier du Mas Berthier et ses quatre associés, situé sur la commune de Montrozier, en plein cœur du massif des Palanges. Exploitée depuis le XVIIe siècle, cette forêt, qui appartenait autrefois à Maurice Fenaille, est alors réputée pour ses ressources en bois… Mais cela pourrait changer dans les mois à venir. Le 16 janvier dernier, Incidences, entreprise héraultaise spécialisée dans la construction de projets d’installation d’énergies renouvelables, livrait un dossier d’avant-projet pour ce site, que Centre Presse a pu se procurer. « Un projet novateur qui allie transition énergétique, justice sociale et compétitivité locale », présente la société sur son site Internet.

L’installation de douze éoliennes de 180 m de haut en tête de pâle y est prévue, sous la forme de deux rangées, aux extrémités nord et sud de cette propriété, située au centre de cette vaste forêt a près de 850 m d’altitude. La puissance estimée d’une telle infrastructure dernier cri est de 42 MW, ce qui couvrirait donc la consommation d’une population équivalente à l’entièreté de l’agglomération ruthénoise.

L’Aveyron, un poids lourd des énergies renouvelables

Si un collectif s’érige aujourd’hui contre ce projet, l’Aveyron n’est pourtant pas étranger aux éoliennes et aux infrastructures productrices d’énergies renouvelables. Pour parler rester dans le monde d’Eole, l’exemple le plus probant en la matière réside sur le Lévézou, où trônent 29 éoliennes à proximité de Salles-Curan, pour une production de 87 MW. À son inauguration en 2009, il s’agissait d’ailleurs du plus grand parc éolien français. Mais c’est surtout en termes d’hydroélectricité que le Rouergue se démarque, centrale de Montézic et usine du Pouget en tête. Fin 2022, avec près de 1 600 équipements producteurs d’énergies renouvelables raccordés, l’Aveyron était le département numéro un en la matière. Il est également l’un des rares à afficher un bilan énergétique excédentaire. En 2021, les Aveyronnais consommaient 1,7 TWh pour une production de 3,9.

Bertholène vent debout

Gérant de cette exploitation forestière, Basile Kamir est en tout cas enthousiaste à l’idée de ce projet. « Nous pourrons revendre notre électricité dans un rayon de 20 km, et elle sera moins chère de 33 %, selon un décret paru en septembre dernier. » Mais sur place, certains sont d’ores et déjà vent debout contre ce projet. C’est le cas des associations Sauvegarde des Palanges et Protégeons nos espaces pour l’avenir, soutenues par la mairie de la commune voisine de Bertholène, qui a adopté à l’unanimité une motion contre cette construction (lire par ailleurs). Ce samedi, une réunion publique était ainsi organisée, en présence d’une trentaine de personnes, visant à étudier ce projet jugé néfaste pour le territoire. « Il risque de poser beaucoup de problèmes, introduit Pierre Van Ommeslaeghe, vice-président de Sauvegarde des Palanges. Cela aura des conséquences majeures sur la faune. » Citant la présence de chauves-souris ou de milans à proximité du site d’implantation.

Ce à quoi Basile Kamir répond « les chats tuent un milliard d’oiseaux par an et personne ne souhaite les exterminer ». D’autres inquiétudes résident dans l’altération des sols. «La fondation d’une éolienne nécessite des quantités astronomiques de béton pour chaque mat. Et lors du chantier, il faudra créer des pistes de 6 m de large pour que les engins puissent passer. Tout cela pour qu’un propriétaire et un promoteur réalisent un bénéfice financier!», peste Pierre Van Ommeslaeghe. Selon des estimations, en moyenne, 550m3 de béton, c’est-à-dire plus de 1.000 tonnes, sont nécessaires.

Le conseil municipal de Bertholène adopte une motion contre le projet

Si lors du projet d’installation d’éoliennes au lac des Bruyères, la mairie de Bertholène avait émis un avis favorable à l’installation d’éoliennes dans les Palanges ce n’est pas le cas cette fois-ci…Réunis en conseil municipal le 2 février dernier, les élus ont adopté à l’unanimité une motion contre l’implantation de ces 12 éoliennes au Mas Berthier. Christine Presne, édile de la commune, était même présente ce samedi lors de la réunion publique. « Nous allons avancer ensemble. Nous devons assumer notre position et assumer notre volonté ferme à la préfecture », déclare-t-elle. L’élue en profite même pour parler d’une véritable entente locale, citant le soutien de municipalités voisines. «Nous avons un vrai consensus. Les maires de Gabriac, Laissac et Gaillac-d’Aveyron sont de notre avis », livre-t-elle.

Toutefois, ce projet, bien qu’il ressorte d’une initiative 100 % privée, se trouve sur la commune de Montrozier. Et son édile, Laurent Gaffard, se montre prudent. « Du côté de notre communauté de communes, nous sommes en train d’élaborer le PLUI, document qui visera à établir nos besoins, notamment sur des questions d’énergies renouvelables. Je préfère avoir ces éléments avant de me prononcer. » L’objectif affiché est de boucler ce document avant 2026. Mais d’ici là, le parc éolien aura certainement le temps de voir le jour… «Dans ce cas, il faudra adopter une autre tactique et consulter l’avis de mon conseil municipal », répond-il, sans que nous en sachions davantage.

Du côté du promoteur, des études ont été menées, sur l’impact environnemental d’une telle installation, réalisées par le cabinet Résonances et Synergis environnement. Ce dernier considère d’ailleurs que « la pression initiale des inventaires est adaptée au contexte du territoire et au développement d’un projet de parc éolien ». Un avis qu’appuie le propriétaire des lieux. « Des études sérieuses ont été faites sur l’impact environnemental. Et puis, nous devons nous mettre à l’heure des énergies renouvelables. Sinon comment faire, il faudra construire des centrales atomiques… »

Pollution visuelle ?

Vient ensuite le risque des incendies. Sur place, depuis plusieurs étés, ce qui paralyse les Palanges, c’est la crainte de voir cet écrin de verdure partir en fumée. Pour cela, les maires des communes d’Agen-d’Aveyron, Laissac-Sévérac-l’Église, Montrozier et Bertholène ont pris depuis deux ans, des arrêtés interdisant la circulation de véhicules à moteur dans le massif en période estivale. Et l’implantation d’éoliennes renforce cette crainte. «Il n’est pas rare que ces équipements puissent prendre feu, assure le vice-président. On l’a même vu en 2020 à Flavin.» Ajoutant au passage que ces installations empêcheraient le passage d’avions bombardiers d’eau. « Leur hauteur maximale de largage est de 60 m, celle des éoliennes étant de 180 m, il existe un risque pour que le couloir aérien soit insuffisant », ajoute l’association.


En plus des arguments cités, les locaux mettent en avant la pollution visuelle qui serait engendrée par des telles infrastructures. « Si l’on habite à la campagne, c’est pour une bonne raison, ce n’est pas pour vivre dans un paysage industriel », s’indigne Pierre Van Ommeslaeghe. Avec cela, il fait notamment référence à la taille de ces éoliennes. D’un mât de 117m et d’une longueur de pâle de 63 m, elles s’érigeraient à 180m de hauteur. À titre de comparaison, les éoliennes du Lévézou s’érigent à 122 m, pâles comprises…

Un précédent datant de 2009… du côté du lac des Bruyères

Une bataille qui a duré durant dix longues années. Ce n’est pas la première fois qu’un projet d’installation d’éoliennes a été pensé dans le massif des Palanges. Ce précédent remonte à 2009. Une société – toujours héraultaise –, dénommée Vent d’Oc, portait l’idée d’installer six éoliennes d’une hauteur en bout de pâle allant de 130 à 170 m, autour du lac des Bruyères, sur la commune de Bertholène. Une longue bataille s’est alors déclarée entre les défenseurs et les opposants de ce projet. C’est d’ailleurs à ce moment-là, que l’association Sauvegarde des Palanges voyait le jour. Et c’est seulement en 2019 que le dénouement de cet interminable dossier sera connu. Le projet est abandonné, la préfecture ayant finalement émis un avis défavorable, tout comme le tribunal administratif, saisi après plusieurs recours déposés par les porteurs du projet.

« On doit faire du bruit »

Ceci explique certainement, alors que le projet n’a pas encore été déposé en préfecture, que des collectifs soient d’ores et déjà en marche. C’est ainsi que Sauvegarde des Palanges appelle les habitants des communes environnantes à « se mobiliser ». « On doit faire du bruit ! », lance le vice-président Pierre Van Ommeslaeghe, qui annonce d’ores et déjà la couleur. « Si la préfecture valide ce projet, nous devrons déposer un recours au tribunal administratif. » En tout cas, une nouvelle réunion publique est d’ores et déjà prévue, fixée pour l’heure au 21 février.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (7)
carmeau Il y a 10 jours Le 12/02/2024 à 23:19

le departement de l'aveyron avec ces nombreux barrages hydroélectrique- ces eoliennes -ces centres de methanisation participe deja pour une bonne part a la production d'energie non fossile que tous les departements de france apportent leur contribution et les vaches seront bien gardées

Occitanix12 Il y a 10 jours Le 12/02/2024 à 11:08

Ce projet est inutile et cause beaucoup de nuisances. De plus les éoliennes ne sont pas éternelles ! Hélas personne ne se pose la question suivante : le prix du démantèlement ? Ce coût sera probablement à la charge du propriétaire ou de la commune. Réfléchissez bien à long terme si vous souhaiter installer "un de ces moulins à vent".

filochard Il y a 10 jours Le 12/02/2024 à 10:56

Le paysage aveyronnais va être défiguré avec ces moulins à vents qui dépassent!
Que vient faire la Maire de Paris dans ces histoires d'éolienne? Elle nous em... déjà avec les impôts , les vélos et les stationnements.
Les écolos doivent se poser des questions au sujet des canons à neige et des retenues d'eau qui vont avec