Aurores boréales : une troisième nuit pour pouvoir profiter encore de ce spectacle rarissime dans le ciel

  • Le phénomène est observable aussi depuis le ciel de l'Aveyron.
    Le phénomène est observable aussi depuis le ciel de l'Aveyron. Photo - Lucas Pereira
Publié le
Jennifer Franco avec AFP

Pour la troisième nuit consécutive, il sera possible d’observer dans le ciel des aurores boréales.

Pour la troisième nuit consécutive, des curieux du monde entier auront la chance dimanche d’admirer de magnifiques aurores boréales embrasant le ciel, provoquées par une tempête solaire historique. De l’Autriche à la Californie, de la Russie à la Nouvelle-Zélande, des photos illuminées de bleu, d’orange ou de rose colorent les réseaux sociaux depuis le début du week-end.

Les photos inondent les réseaux sociaux

En Aveyron aussi, le phénomène a pu être observé et immortalisé. Ce phénomène est causé par des éjections de particules en provenance du soleil, qui déclenchent des tempêtes géomagnétiques lorsqu’elles atteignent la Terre. Des conditions liées à une tempête géomagnétique de niveau 5, soit le niveau maximum sur l’échelle utilisée, ont été observées vendredi soir puis samedi, selon l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA).

Ce phénomène est causé par des éjections de particules en provenance du soleil, qui déclenchent des tempêtes géomagnétiques lorsqu’elles atteignent la Terre

Une première depuis vingt ans. Et si les aurores de la nuit de samedi 11 mai ont été plus faibles que celles de vendredi 10 mai, le phénomène devrait encore se prolonger dimanche, selon l’agence. "Une nouvelle très grosse tempête solaire est en route vers la Terre, arrivée prévue aujourd’hui, à suivre donc !", a écrit Eric Lagadec, astrophysicien à l’Observatoire de Côte d'Azur, sur le réseau social X (ex-Twitter). L’occasion pour les habitants de nombreux pays d’observer de superbes aurores boréales.

Peu de perturbations

L’intensité de ce phénomène "nous a un peu tous pris par surprise", confie à l’AFP Mathew Owens, professeur à l’université de Reading. Mais si les autorités s’étaient inquiétées de possibles conséquences sur les réseaux électriques et de communications, aucune perturbation majeure n’a pour le moment pu être observée. Seules des informations "préliminaires" sur des "irrégularités sur le réseau électrique" ainsi qu’une "dégradation des communications haute fréquence, GPS et possiblement de la navigation satellite" ont été rapportées, selon le Centre de prévision de la météo spatiale américain.

En ce qui concerne le trafic aérien, l’Agence américaine de l’aviation civile (FAA) avait dit vendredi "ne pas s’attendre à des conséquences importantes", tout en ayant conseillé aux compagnies aériennes et aux pilotes "d’anticiper" les perturbations éventuelles, les tempêtes géomagnétiques pouvant perturber les outils de navigation.

Le centre national pour la météo spatiale chinois a également émis une alerte rouge samedi, avertissant que la tempête solaire devrait se poursuivre tout ce week-end et affecter les communications et les systèmes de navigation, selon l’agence d’Etat Chine Nouvelle. Des aurores boréales ont été observées dans la moitié nord du pays, a-t-elle rapporté.

"Tempêtes d’Halloween"

Aux États-Unis, des aurores boréales ont été visibles dans quasiment tout le pays. Elles ont pu être admirées jusqu’aux Bahamas, selon la Nasa. Des tempêtes solaires puissantes peuvent "pousser les aurores à des latitudes plus au sud", a expliqué l’agence spatiale. Le soleil est actuellement proche de son pic d’activité, un cycle qui revient tous les 11 ans. Des éruptions solaires appelées éjections de masse coronale, qui peuvent mettre plusieurs jours à atteindre la Terre, sont à l’origine de l’événement actuel, créant des aurores boréales lorsqu’elles entrent en contact avec le champ magnétique de la Terre.

La dernière tempête géomagnétique de niveau 5 observée remontait à octobre 2003, un épisode surnommé "les tempêtes d’Halloween". La plus importante tempête solaire jamais enregistrée est survenue en 1859, selon la Nasa. Aussi connue sous le nom d’événement de Carrington, elle avait très fortement perturbé les communications par télégraphe.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?