VIDÉO. "Cette flamme avait un symbole très particulier" : écoliers, spectateurs, relayeurs, revivez les temps forts du passage de la flamme olympique à Millau, première étape en Occitanie

Publié le , mis à jour
Jennifer Franco et Alexia Ott

C’est une journée historique qu’ont non seulement vécue les 18 relayeurs sélectionnés pour porter la flamme olympique à Millau, mais aussi la foule de spectateurs qui avaient fait le déplacement pour prendre part à cette grande fête, chassant le temps de quelques heures l’actualité morose.

Pour son entrée en Occitanie ce lundi 13 mai 2024, la flamme olympique a commencé son périple régional par l’Aveyron. Et c’est sur l’emblématique viaduc de Millau, qui fin 2024, soufflera ses vingt bougies, que le premier relayeur s’est élancé. Un relayeur de renom puisque c’est le champion du monde de roller, Taïg Khris qui, en rollers, a foulé le tablier avant de passer à son tour.

» Découvrez quel jour la flamme olympique va passer dans votre commune en Occitanie

Taïg Khris sur le viaduc

"Il y a plein de choses qui se mélangent dans ma tête", tels furent les premiers mots de Taïg Khris. Lui, qui a parcouru ses 200 m à plus de 300 m de hauteur sur le viaduc enjambant le Tarn. Un moment suspendu. "Le symbole des Jeux olympiques, mon sport qui n’était pas olympique et qui le sera sûrement un jour. Symboliquement, pour moi, porter la flamme en roller, c’est juste incroyable, c’est génial…"

"Le sport rassemble, ce sont de belles valeurs à transmettre"

Pendant ce temps, dans le centre-ville de la cité du Gant, une grande ferveur prenait place pour encourager les quatorze autres relayeurs choisis pour faire briller la flamme. Pour l’occasion, les petits plats ont été mis dans les grands pour que ce grand jour soit figé dans le marbre.

"Je suis très contente", lâche Danaé après avoir parcouru ses 200 m. Ce lundi, la jeune fille atteinte de trisomie 21 était la deuxième relayeuse sur le parcours menant les éclaireurs jusqu’au Mandarous, point d’arrivé, avant son départ pour Sète.

#JO2024 #Paris2024 Danaé atteinte de trisomie 21 confie avec joie et émotion sa réaction après avoir porté la flamme olympique à #Millau ce lundi matin \ud83d\udd25 pic.twitter.com/2LdNkmwVyn

— CentrePresseAveyron (@CPAveyron) May 13, 2024

Pour Josselyn Gely, maître-nageur, professeur d’EPS et directeur d’une école internationale sur Montpellier, "c’est un rêve d’enfant. Cela me permet de penser à tous les élèves que j’ai eu dans mon établissement, à ma famille, ma fille, mes amis… Le sport rassemble, ce sont de belles valeurs à transmettre".

"C’est une grande fierté, beaucoup de bonheur, de porter la flamme devant tous mes proches", évoque, ému, le grand sportif millavois Jérôme Resseguier.

Des porteurs engagés dans de multiples causes

Laëtitia Clabé-Levère, représentant l’association Des étoiles dans la mer vaincre le glioblastome, a, pour sa part couru pour tous les malades qui se battent contre ce cancer du cerveau : "C’était extrêmement intense émotionnellement d’autant que cette flamme avait un symbole très particulier. Je préside une association de lutte contre le cancer du cerveau et j’ai réalisé des défis extrêmes, notamment de nage, pour sensibiliser. Aujourd’hui, j’ai porté le flambeau de l’espoir pour trouver un traitement curatif. C’était très émouvant et j’ai transmis le relais à une personne touchée par la maladie. C’était très fort".

C’est très émue également que la Ruthénoise Valérie Flottes, infirmière de métier, a participé à ce grand rendez-vous : "Je représente l’association de mon fils, Un Roman d’amour, autour de mon fils qui est handicapé moteur et cérébral. Il ne peut pas marcher et courir de part lui-même et qu’il aime beaucoup la nature, beaucoup de sportifs le portent dans les trails, les petites courses de ville. Cette flamme c’est pour aussi tous ces bénévoles qui font plaisir à mon fils. Cette flamme, c’est aussi pour Roman. S’il avait pu la porter, cela aurait été exceptionnel, même courir avec lui…"

» Consultez notre article qui détaille toutes les villes où passe la flamme olympique en France jusqu’à son arrivée à Paris le 26 juillet

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?