"On a entendu des insultes racistes" : en Aveyron, un match de foot de fin de saison qui finit sous haute tension

Abonnés
  • Tout au long de la saison, les joueurs du Stade disent avoir été victimes de provocations.
    Tout au long de la saison, les joueurs du Stade disent avoir été victimes de provocations.
Publié le
BD

Lors du dernier match de championnat, le Stade villefranchois s’est incliné 4 à 3 lors d’une rencontre tendue. Les joueurs disent avoir été victimes de propos racistes et pris en grippe tout au long de la saison.

La saison des Villefranchois a été compliquée, jusqu’au bout du championnat. Samedi dernier, l’équipe fanion recevait Pareloup sur le stade de Laurière, pour le dernier match de l’année. Une rencontre sous haute tension.

Le match avait pourtant bien commencé pour le Stade. En fin de première mi-temps, les joueurs mènent 1 à 0. La deuxième mi-temps se poursuit sur les chapeaux de roues, puisque Villefranche mène 3 à 0. La fin de seconde mi-temps est beaucoup plus délicate pour les Villefranchois, qui sont rattrapés au score. Ils écopent d’un carton rouge, avant de perdre 4 à 3, sur un penalty à la dernière minute. Un sentiment amer habite l’équipe, d’autant que les joueurs disent avoir été victimes d’insultes à caractère raciste de la part de certains supporters du club adverse.

"La situation était très tendue. On a entendu des insultes, notamment "sale noir" ou des imitations de singe", commente le coach adjoint des séniors. "C’est sûr que cela crée de la frustration chez les joueurs et ça fait dégoupiller. Derrière, c’est difficile de rester concentré".

"Souvent pris en grippe"

"On est une équipe avec beaucoup de jeunes joueurs noirs et maghrébins. Ce n’est pas la première fois cette saison qu’on entend ce genre de provocation", poursuit le coach. "Cette équipe est souvent prise en grippe. Forcément, à un moment, les joueurs répondent. On a un peu du mal à comprendre parce qu’on accueille toujours les clubs dans le respect, avec une collation à la fin de la rencontre. C’est une jeune équipe en reconstruction, qui travaille dur".

"Je n’ai eu aucune remontée de la part des joueurs et supporters. La commission discipline fera son travail", souligne le président du club de Pareloup. "À l’heure actuelle, la commission n’a pas été saisie", indique Michel Perret, son président. "Tout incident doit être remonté par l’arbitre. Sauf preuve du contraire, ce sont les propos de l’arbitre qui sont considérés comme véridiques. Nous pouvons aussi ouvrir un dossier suite à des remontées des officiels, président ou secrétaire de club. Il ne faut jamais agir trop rapidement et condamner quelqu’un qui ne le mérite pas".

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement à cet article
2 semaines offertes
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?