Rodez : le compostage des biodéchets bientôt généralisé

Mis à jour le S'abonner

Tri

Rodez Agglo compte mettre des composteurs aux pieds des immeubles pour inciter au tri, à la source des biodéchets. À terme, tout le monde devrait être gagnant.

Soucieux de l’environnement, de la baisse de la production des déchets ménagers, de nombreux habitants commencent à faire du compostage chez eux. Rodez Agglo les accompagne dans ce choix vertueux, en leur vendant, des composteurs à des prix compétitifs.

Mais depuis la loi sur la transition énergétique (lire ci-contre), la collectivité entend élargir la réduction des déchets ménagers aux habitants des centres-villes, et des centres bourgs, en mettant à disposition de ces citadins des composteurs collectifs, qui seront installés au pied des immeubles. Dans ce dispositif consistant à mettre les déchets biodégradables dans les composteurs, tout le monde est gagnant.

263 € la tonne de déchets

S’ils jouent le jeu, les habitants, tout comme les commerçants, les restaurateurs, les lycées, collèges, les hôpitaux etc. verront bien sûr la facture de l’enlèvement des ordures ménagères baisser, ou du moins ne pas augmenter, dans un premier temps. Actuellement, il en coûte à Rodez Agglo 263 € la tonne d’ordure ménagère pour son transport, sa collecte et son traitement.

D’autre part, les utilisateurs des composteurs retrouvent une matière première gratuite (le composte) qu’ils peuvent réutiliser dans leurs jardinières et jardins. Aujourd’hui, c’est le cas des habitants et commerçants de l’îlot Bonald. Depuis quelques semaines, ils disposent de composteurs en bois. "Au début, la collectivité nous avait mis en place deux composteurs. Mais rapidement, ils se sont avérés insuffisants", explique un riverain du parc Subervie où sont installés, actuellement, quatre composteurs.

Ravis, les habitants jouent le jeu, de la protection de l’environnement et font des économies. Ils disposent également de broyats (donnés par la collectivité) pour décomposer encore plus rapidement les biodéchets. Pour permettre cette transition énergétique souhaitée par le législateur national et européen, les collectivités disposent d’aides financières. Rodez Agglo entend bien répondre à des appels à projet pour mener ce combat pour l’environnement et contre la lutte du gaspillage alimentaire.

"Sur la partie gestion collective des biodéchets et du compostage partagé, par la mise en place des composteurs au pied des immeubles et chez les professionnels, les financements Ademe/Région peuvent atteindre 55 % sur les investissements et jusqu’à 70 % sur la communication et la sensibilisation", assure Daniel Raynal, élu en charge de cette question sur l’Agglo. Des délibérations ont été prises dans ce sens au dernier conseil.

D’ici 2025

La généralisation des tris à la source des biodéchets est une obligation qui découle, notamment, de la loi sur la transition énergétique. Cette loi prévoit la mise en place généralisée du tri à la source, à partir de 2025. Le paquet circulaire de l’Union européenne, adopté en 2018, prévoit quant à lui, une échéance en 2023. Le projet du plan régional, de prévention et de gestion des déchets appelle à une diminution des détritus. Ces lois incitatives s’accompagnent d’aides financières pour les collectivités.
 

Salima Ouirni