faits-divers

Une technicienne agricole tuée dans une exploitation à Mayran

Le 17 février à 11h41 par Christophe Cathala | Mis à jour le 17 février

  • Les gendarmes ont déployé ce matin sur place d’importants moyens d’enquête.

    Les gendarmes ont déployé ce matin sur place d’importants moyens d’enquête. ( José A.Torres )
  • Les faits se sont produits dans une exploitation agricole à proximité du village des Farguettes.

    Les faits se sont produits dans une exploitation agricole à proximité du village des Farguettes. ( Google maps )

Un drame s’est produit ce matin vers 7h30 dans une exploitation agricole située sur la commune de Mayran, plus précisément à proximité du village des Farguettes. Une technicienne travaillant pour la chambre d’agriculture et spécialisée dans le contrôle laitier a été victime de ce qui pourrait bien être un homicide volontaire.

En effet, la jeune femme âgée de 25 ans a été poussée dans une mare d’eau glacée et, selon nos sources, aurait été victime d’un arrêt cardiaque. Ce n’est pas l’exploitant, mais son frère âgé de 47 ans qui serait à l’origine de cet acte.

Il aurait été interpellé rapidement par les gendarmes qui ont déployé ce matin sur place d’importants moyens d’enquête et s’emploient à faire toute la lumière sur les circonstances du drame.

La victime âgée de 25 ans

Prénommée Élodie, la jeune technicienne était employée depuis moins de deux ans à la chambre d’agriculture et se consacrait au contrôle laitier, une prestation de service «au bénéfice des exploitants», précise Jacques Molières, président de la chambre d’agriculture, que nous avons joint ce matin. «Elle assistait à la traite du matin pour conseiller l’éleveur. Ce contrôle devait se passer lundi matin, je ne sais pourquoi il a été décalé de deux jours».

Le contrôleur n’est pas là pour sanctionner

Jacques Molières tient à préciser que le contrôleur n’est pas là pour sanctionner, «mais pour aider, accompagner l’agriculteur. Dans un élevage, les vaches doivent être régulièrement contrôlées, des prélèvements sont effectués sur le lait pour mesurer les taux protéiques, butyriques... À partir de là, le technicien peut donner des conseils à l’éleveur...» 

La nouvelle du drame a jeté la consternation et suscité une vive émotion à la chambre d’agriculture, où l’on suppose que l’acte violent du présumé coupable n’aurait pas forcément de lien avec la fonction de contrôleur laitier de la victime. Alors, qu’est ce qu’il a bien pu se passer ? L’enquête devra le déterminer.

 

 

D’autres éléments d’information à venir dans la journée et dès demain matin dans Centre Presse.