Municipales 2020

Pascal Adani, le projet de « Rodez Métropole 2030 »

  • Après avoir terminé sa carrière professionnelle hors du département ces dernières années, Pascal Adani est récemment revenu s’installer dans sa « ville de cœur ».
    Après avoir terminé sa carrière professionnelle hors du département ces dernières années, Pascal Adani est récemment revenu s’installer dans sa « ville de cœur ». Repro CPA / Repro CPA
Publié le / Modifié le S'abonner
Âgé de 59 ans, l’ancien directeur du Crédit Immobilier souhaite porter la voix de la droite lors des prochaines élections municipales (15 et 22 mars).

 

Depuis plusieurs mois, à l’évocation du futur candidat de la droite pour les municipales, son nom revient avec insistance.
Il y a quelques semaines, Pascal Adani nous avait d’ailleurs confié avoir « envie de porter la voix de la droite ruthénoise ».
Aujourd’hui, l’envie semble s’être transformée en véritable projet, à l’heure où l’opposition municipale n’a pas trouvé de candidat… Et que récemment, une de ses figures, en la personne de Régine Taussat, a choisi de rejoindre le camp de la majorité et Christian Teyssèdre.
Pascal Adani, lui, dit toujours sonder tous les personnes « de bonne volonté » pour le rejoindre. « Il est inconcevable que la droite ruthénoise n’ait pas une liste ! Nous y travaillons ardemment, cela prend forme et il y aura de jolis noms. On veut aller au bout, il ne faut pas être pessimiste », souligne cet ancien directeur du Crédit Immobilier, sur le tour de ville, tout en précisant qu’il a récemment reçu le soutien d’un certain Marc Censi. « Il retrouve en notre projet une certaine descendance politique », confie le candidat, partisan d’un libéralisme « modéré » et « profondément social ».
En attendant la traditionnelle photo de famille, le nom de cette future liste, sous l’étiquette « divers droite », est déjà gravé dans le marbre : Rodez Métropole 2030.

Grand contournement, centre aquatique, université…

Et les projets phares sont déjà bien définis - « quand certains battent déjà pleinement la campagne, nous, on travaille… », sourit-il -, à l’image du retour sur le devant de la scène du grand contournement de Rodez. « Il est indispensable aujourd’hui. La ville doit de nouveau respirer, la rocade urbaine ne suffit plus. On le voit avec tous les embouteillages aux heures de pointe », explique celui qui fut suppléant de Jean-Claude Luche lors des législatives de 2002. Et qui, depuis, n’a pas cessé de graviter dans les milieux de la droite aveyronnaise, tout en menant sa vie professionnelle hors du département. Dans ces projets, l’homme évoque également la création d’un centre aquatique de plein air pour l’été, l’envie de créer des filières généralistes à l’IUT de Rodez pour attirer des jeunes « à l’image d’Albi et de sa fac de droit ou de psycho », le retour à un urbanisme « raisonné », etc.
« On veut une vision à long terme pour cette ville. C’est ce qui fait défaut aujourd’hui », constate celui qui souhaite être le futur candidat de la droite ruthénoise. « Je veux aller jusqu’au bout », répète-t-il à l’envi. Lui, qui en 2008 déjà, avait déjà caressé le désir de soumettre son nom au vote, avant de se « dégonfler », selon ses propres termes…

Trois listes sur la ligne de départ ?

Si le 15 mars, date du premier tour, paraît encore lointain, la campagne des municipales à Rodez commence à se dessiner. Avec, en premier lieu, la candidature de Christian Teyssèdre, souhaitant briguer un troisième mandat, sous l’étiquette « Mon parti, c’est Rodez ». Depuis plusieurs semaines, l’édile communique sur la future constitution de sa liste « élargie à toutes les sensibilités, hormis les extrêmes ». Avant de dévoiler « 120 propositions » aux Ruthénois, comme l’a annoncé Christian Teyssèdre, élu au premier tour en 2008 et avec 48,5 % des voix lors d’une triangulaire au second tour, en 2014.
Face à lui, le maire sortant devrait retrouver la liste menée par Pascal Adani, souhaitant porter la voix d’une droite plus que jamais désunie - à l’image de Régine Taussat et de Joseph Donore, élus d’opposition s’étant ralliés à la majorité -, et celle du collectif Rodez Citoyens, représenté par ses trois élus au conseil municipal : Claudine Bonhomme, Chantal Combelles et Matthieu Lebrun. à ce jour, on ne sait toujours pas qui portera la voix de Rodez Citoyens qui s’est, récemment, allié aux forces de la France Insoumise.

Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

45 €

RODEZ : Place de parking couverte et sécurisée au sein du Parking Saint Cyr[...]

493 €

RODEZ à proximité du tour de ville et de toutes commodités, venez découvrir[...]

356 €

A 10 min du centre ville dans le quartier de Gourgan, venez découvrir ce T2[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir