ski

Ski : sur l’Aubrac, la station de Laguiole ouvre mercredi

Le 10 janvier à 07h00 | Mis à jour le 12 janvier

Dotée de 21 enneigeurs, la station de Laguiole produit de la neige de culture depuis plusieurs jours. Le but : constituer une sous-couche avant les premières chutes et assurer l’accueil du public.
Dotée de 21 enneigeurs, la station de Laguiole produit de la neige de culture depuis plusieurs jours. Le but : constituer une sous-couche avant les premières chutes et assurer l’accueil du public. (Michel Raynal)

En Aveyron, comme en France, la neige joue les trouble-fête. D’habitude plus généreuse, l’or blanc se fait désirer. Sur l’Aubrac, seule la station de Laguiole a réussi à ouvrir deux jours fin décembre. Depuis plus rien ! Pas un flocon. Un état de fait qui pourrait évoluer dans le courant de la semaine.

Directeur du domaine de Laguiole, Pierre Leduc reste optimiste. Un optimisme qui coïncide avec les températures négatives enregistrées sur le plateau depuis plusieurs jours. "Nous avons lancé les enneigeurs. Seul le vent nous contrarie légèrement mais nous constituons un manteau de neige de culture qui devrait nous permettre d’ouvrir mercredi. C’est notre objectif", soutient-il.

Cette ouverture n’est envisageable qu’au prix d’un enneigement artificiel. Avec ses 21 enneigeurs, dont un issu d’un prêt, "qui fonctionne du feu de Dieu", se félicite le directeur, Laguiole peut se le permettre. Comme le Lioran, à une heure de là, qui consent d’importants moyens à l’optimisation du réseau de neige de culture.

Investissements en hausse

Rien que pour l’exercice 2016-2017, la station du Cantal a investi en ce sens 400 000 €. De quoi lui permettre de faire fonctionner 140 canons à neige en simultané. Et d’offrir depuis samedi quelques sensations de glisse sur une partie de domaine. Un objectif hors d’atteinte pour des stations "familiales" comme Laguiole mais également Brameloup, Saint-Urcize ou le col de Bonnecombe, tributaires désormais du bon vouloir de la météo.

"Frustrant", qui plus est quand la réussite de la saison ne se joue désormais que sur un mois. En février avec son lot espéré de vacanciers. "Quand on réussit à ouvrir pendant les vacances de décembre, on sait que la saison sera plutôt bonne. C’est là où l’on peut espérer dégager des bénéfices. Le mois de février nous permet d’assurer un fonds de roulement. Si la neige n’est pas là en février, on peut mettre la clef sous la porte", reconnaît le jeune directeur laguiolais. On n’en est pas là puisque la neige est annoncée dans les prochains jours, voire même dès ce mardi.

On attend une dizaine de centimètres mardi mais on reste prudent. » Prudent et résolument optimiste. "On sait qu’il est toujours difficile de skier en décembre sur l’Aubrac. Mais on devrait finalement ouvrir à la même date que l’an passé !", termine Pierre Leduc.