Football féminin : la réception de Bordeaux est une véritable « finale » pour Rodez

  • Auteur d’un doublé à Metz en coupe de France, Flavie Lemaitre est impatiente de jouer cette rencontre.
    Auteur d’un doublé à Metz en coupe de France, Flavie Lemaitre est impatiente de jouer cette rencontre.
Publié le , mis à jour

Avant un week-end de repos et trois déplacements consécutifs (à Lyon en coupe de France le 12, puis à Soyaux le 19 et à... Lyon le 26 en championnat), Rodez héberge les Girondins de Bordeaux, ce samedi à 19 heures au stade Paul-Lignon pour le compte de la 15e journée de Division 1. Sébastien Joseph n’y va pas par quatre chemins : « C’est une finale dans la perspective du maintien parmi l’élite. On n’a certes pas le couteau sous la gorge mais, plus vite ce sera fait, mieux c’est pour pouvoir se pencher sereinement sur le projet de la saison prochaine ».

Cette rencontre est d’autant plus importante, et les propos de l’entraîneur prennent là tout leur sens, qu’Audrey Cugat et ses partenaires accueillent un concurrent direct. Alors que les deux dernières rejoignent l’étage inférieur, les Girondines sont pour l’instant 10es et premières non relégables. Elles comptent trois longueur de retard sur les Aveyronnaises (9es) mais aussi un match en moins... Pas besoin de faire un dessin ! Cet adversaire, fort de plusieurs individualités (dont la capitaine Sarah Cambot), qui n’a signé que deux succès pour son baptême en D1 mais les deux à l’extérieur sur le score de 1-0 (Albi et Metz), rappelle toutefois de bons souvenirs aux sang et or puisque, à l’aller, en baisser de rideau de Bordeaux - Monaco en Ligue 1, elles s’étaient imposées 2-0 grâce à un doublé de Clara Noiran.

S’il en est une qui piaffe d’impatience de jouer ce match et de « prendre du plaisir », c’est Flavie Lemaitre. « Il y a de l’enjeu car, en cas de victoire, on fera un grand pas vers le maintien. C’est pour disputer ce type de rencontres que je joue au football », confirme-t-elle. Fidèle au club de Rodez depuis huit saisons, la joueuse de 28 ans a retrouvé de l’allant et une place de titulaire après un exercice 2015-2016 qu’elle qualifie elle-même de « délicat, voire même compliqué ». Repositionnée dans le couloir gauche, elle a su se rendre incontournable : « Je m’y sens bien. Je suis moins frustrée que seule en pointe, dos au but, car je touche plus de ballons. J’ai besoin de plus d’espaces et je m’exprime davantage dans cette nouvelle configuration. Du coup, je participe plus à l’organisation du jeu devant le but. Cela me demande beaucoup d’efforts physiques mais je me régale ». Les Bordelaises sont prévenues.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?