Rodez

Rodez : la CCI prête à céder ses biens à la Ville et à l’Agglo

  • Le parc auto des Remparts et ses 350 places attirent les convoitises de la ville de Rodez.Photo José A. Torres
    Le parc auto des Remparts et ses 350 places attirent les convoitises de la ville de Rodez.Photo José A. Torres
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Rodez Agglomération et la Ville de Rodez vont se porter acquéreurs de l’ensemble immobilier de la CCI en centre-ville, les bâtiments et le parking des Remparts pour un montant global de près de 8 millions d’euros.

Ce n’était, au début, qu’une simple rumeur. Cette rumeur, qui n’a cessé d’enfler au fil des semaines, est aujourd’hui en passe de devenir une réalité, faisant d’ailleurs l’effet d’une petite " bombe " dans le microcosme ruthénois et plus, généralement, auprès des représentants et acteurs du monde économique. La chambre de commerce et d’industrie de l’Aveyron s’apprête à céder ses biens historiques du centre-ville et de la rue Aristide-Briand. Un emplacement stratégique en plein cœur de la cité, qui a de quoi en faire rêver plus d’un... L’ensemble des bâtiments - qui se compose de trois immeubles : l’immeuble du siège social, avec ses bureaux, ses salles de réunion et son amphithéâtre de 230 places, celui de la Maison du tourisme et l’immeuble Palazy - mais également le parc auto des Remparts et ses 350 places, seront vendus à Rodez Agglomération et à la Ville de Rodez, pour le parking.

Même si l’opération n’est pas encore finalisée et qu’il reste encore quelques détails à régler, l’affaire serait, bel et bien, entendue. Il ne manquerait plus que l’accord du conseil d’administration de la CCI et celui du conseil communautaire, sachant que le président de la chambre de commerce et d’industrie, Dominique Costes, et le maire de Rodez et président de Rodez Agglomération, Christian Teyssèdre seraient tombés d’accord, depuis longtemps déjà. Tout du moins sur le principe. Selon nos informations, la préfète de l’Aveyron, Catherine de La Robertie, aurait même donné son feu vert, l’État pouvant faire valoir, s’il l’avait voulu, son droit de préemption.

La CCI déménagera à Bourran

Les Domaines auraient évalué l’ensemble immobilier à 8 millions d’euros. La vente devrait se conclure à hauteur de 7,9 millions d’euros, dont 3 millions d’euros pour le parc auto des Remparts.

Les services de Rodez Agglomération pourraient ainsi s’installer dans les bâtiments beaucoup plus vastes de la rue Aristide-Briand, alors que la CCI se replierait sur son bâtiment du centre de formation de Bourran, où une nouvelle aile serait construite, afin d’accueillir l’ensemble des collaborateurs de la chambre consulaire.

" On était fait pour discuter "

Lorsque nous l’avons contacté, mardi, comme l’on pouvait s’y attendre et même si cela relève désormais d’un secret de polichinelle, Dominique Costes n’a pas souhaité communiquer " tant que les choses ne sont pas confirmées. " " Nous sommes toujours en discussion, en négociation, c’est une opération complexe. Nous aurons une communication commune avec Christian Teyssèdre d’ici fin septembre, début octobre. " Et le président de la chambre de commerce et d’industrie de lâcher : " Nous avons besoin de trésorerie et lui a besoin de places de parking et d’espace. On était fait pour discuter. " Depuis longtemps, en effet, les responsables de l’Agglo envisagent de quitter les locaux actuels, et aujourd’hui inadaptés, de la place Adrien-Rozier.

De son côté, depuis la mise en place de la régionalisation, la CCI de l’Aveyron se retrouve confrontée à de gros problèmes financiers pour assurer son équilibre budgétaire. C’est dire que cette vente assurerait une belle rentrée financière pour la chambre. Une vision à " trop court terme ", selon certains observateurs, qui regrettent que la CCI se sépare de l’une de ses principales sources de financement.

Dans tous les cas, Rodez Agglomération et la Ville de Rodez s’apprêtent à réaliser une belle opération immobilière. D’aucuns évoquent même une très belle opération, avec un rapide retour sur l’investissement.

*Malgré plusieurs tentatives, nous n’avons pas réussi à joindre Christian Teyssèdre.

Réagir