Santé

Anorexie : une grossesse est-elle possible ?

  • Anorexie : une grossesse est-elle possible ?
    Anorexie : une grossesse est-elle possible ?
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Les femmes souffrant d’anorexie présentent dans l’immense majorité des cas une aménorrhée, une absence de règles marquant généralement une infertilité. Pour autant, la grossesse n’est pas totalement exclue pour ces patientes, une fois leur trouble du comportement alimentaire stabilisé. Explications du Dr Agnès Colombel, endocrinologue au CHU de Nantes.

La plupart des femmes souffrant d’anorexie sont touchées par une infertilité. En effet, leur perte de poids empêche l’axe sexuel de fonctionner. Cet axe correspond au fonctionnement des ovaires qui sont stimulés par l’hypophyse, elle-même stimulée par l’hypothalamus. Si le poids de la femme est trop faible, les hormones normalement transmises via cet axe ne le sont plus. Et les ovaires, mis au repos, ne parviennent pas à faire grandir un ovule tous les mois.

Parmi les patientes qui parviennent à stabiliser leur anorexie, c’est-à-dire à atteindre un indice de masse corporelle (IMC) normal, l’incidence de l’infertilité reste de 90%. Et lorsqu’enfin, et c’est parfois le cas, elles sont considérées comme guéries, deux tiers d’entre elles seulement voient leur fertilité se réenclencher spontanément.

La PMA adaptée aux patientes anorexiques

Pour aider ces femmes à devenir mères, la Procréation médicalement assistée (PMA) dispose d’options. Soit comme chez les autres, on leur propose des injections de FSH, l’hormone produite par la glande hypophyse. Soit, elles bénéficient d’un traitement spécifique.

Celui-ci consiste à leur injecter de la LH-RH, l’hormone sécrétée par l’hypothalamus. Cette hormone va agir sur l’hypophyse qui va stimuler les ovaires. « Pour ce faire, on leur met une pompe sur la peau. Celle-ci envoie la substance par le biais d’un tuyau attaché à une aiguille dans l’épiderme », explique le Dr Agnès Colombel. « Et ce jusqu’à ce que les ovaires se réveillent. Cela peut prendre 15 jours ou un mois, ça dépend. »

Destination Santé
Voir les commentaires
Réagir