Santé

Trois Français sur cinq estiment que vapoter est aussi dangereux que fumer

  • L'une des idées reçues les plus fortement ancrées autour des risques liés au vapotage concerne la nicotine : 80% des sondés pensent que cette substance est cancérigène.
    L'une des idées reçues les plus fortement ancrées autour des risques liés au vapotage concerne la nicotine : 80% des sondés pensent que cette substance est cancérigène. Nijat Nasibli / IStock.com / Nijat Nasibli / IStock.com
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

(Relaxnews) - Où en sont les Français avec la e-cigarette ? A l'occasion de la 3e édition du Sommet de la vape organisé à Paris ce lundi 14 octobre, l'association Sovape dévoile un sondage BVA réalisé en septembre dernier sur un échantillon représentatif de la population française de 1.000 personnes âgées de 18 ans et plus.

La période pendant laquelle l'enquête a été réalisée coïncide avec la récente épidémie de la "mystérieuse" maladie pulmonaire qui a entraîné 18 décès et plus de 1.000 malades aux Etats-Unis et qui serait à priori due à un mauvais usage de la cigarette électronique, bien que la cause n'ait pas été établie avec certitude. 

Toutefois, cette affaire semble avoir eu une répercussion sur l'attitude des Français vis-à-vis de la cigarette électronique. Les boutiques spécialisées ont vu leur chiffre d'affaires moyen baisser de 20 à 30% à la rentrée, période habituellement dynamique pour les ventes de cigarettes électroniques (+15% en 2017 et 2018), montre l'enquête de Sovape, qui se base sur des estimations de la Fédération Interprofessionnelle de la Vape (Fivape). 

De manière plus générale, le sondage révèle que 59% des Français estiment que vapoter est autant (voire plus) risqué que fumer. Un quart d'entre eux pense que c'est "un peu" ou "beaucoup" moins risqué, tandis que 15% avouent "ne pas savoir".

Le vapotage de moins en moins employé comme sevrage tabagique

L'une des idées reçues les plus fortement ancrées autour des risques liés au vapotage concerne la nicotine : 80% des sondés pensent que cette substance est cancérigène. Or, la littérature scientifique montre que la nicotine n'est pas cancérogène. Elle s'avère toutefois problématique dans la mesure où elle peut provoquer une forte dépendance au tabac.

Le sondage s'est également intéressé au recours à la cigarette électronique comme moyen de sevrage tabagique, en se basant sur les statistiques de groupes d'auto-support tels que VAPE INFO SERVICE ou JE NE FUME PLUS.

Dans la lignée des résultats mentionnés plus haut, les données montrent que le vapotage est de moins en moins envisagé comme sevrage tabagique et que la volonté d'arrêter la cigarette (peu importe le moyen) semble elle aussi diminuer. 

"Les tentatives d'arrêt franc pourraient redevenir la norme, malgré le taux d'échec et malgré les efforts récents des pouvoirs publics pour inciter les fumeurs à se faire aider", conclut l'enquête.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir