Sauveterre-de-Rouergue : sans Fête des lumières et Grand bal, une "année blanche" pour l’Ajal

  • La Fête des lumières restera éteinte cette année...
    La Fête des lumières restera éteinte cette année... DDM, repro CP / / DDM, repro CP
Publié le / Mis à jour le S'abonner

L’association de Sauveterre-de-Rouergue organisatrice de festivals et autres animations a annulé ses manifestations prévues pour début août.

"C’est un peu l’apocalypse ", soupire Basile Delbruel, le directeur de l’association quinquagénaire Ajal, organisatrice à Sauveterre-de-Rouergue de plusieurs rendez-vous très prisés, qu’elle se voit contraint d’annuler les uns après les autres. "On a déjà été impactés avec le report du Sof’R festival prévu en avril. On essaiera de reprendre les artistes prévus cette année sur l’édition 2021, mais ce n’est pas tout le temps possible. "

Et outre diverses actions culturelles prévues ce printemps sur le territoire, les autres manifestations de l’Ajal subissent le même sort. Comme le festival Photo en mai ou encore, même après la mi-juillet comme annoncé lundi dernier par le chef de l’état, deux autres manifestations phare de l’association, à savoir la Fête des lumières suivie du Grand bal de l’Ajal, deux rendez-vous successifs qui devaient se dérouler au début du mois d’août. Sans parler du Tremplin des Cent vallées, organisé à Naucelle et qui devait se dérouler le lundi 13 juillet avec les Hurlements d’Léo. "On voudrait revoir le format pour le mois d’août, avance Basile, mais là encore, ça va être difficile, on est dans le grand flou. On ne se voit pas organiser ça avec des spectateurs assis sur des chaises à deux mètres l’un de l’autre et qui portent des masques. C’est compliqué..."

Basile Delbruel a du mal à croire que les autres festivals prévus au mois d’août, voire en septembre, puissent ne pas être également. Et même le festival Roots’Ergue, en octobre, subira aussi les conséquences du confinement. " Avec les artistes internationaux, comment voulez-vous qu’ils viennent ? Il faudra travailler sur une programmation plus locale ", lâche le président, qui espère un soutien des collectivités sur les demandes de chômage partiel des salariés de l’association, afin que " l’année blanche" de l’Ajal ne lui soit pas préjudiciable pour l’avenir.

Monsieur l'ouïe
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

365 €

Rodez, appartement meublé de type 1 de 31m² situé au 1ème étage, composé d'[...]

230 €

APPARTEMENT COMPOSE D'UNE PIÈCE UNIQUE AVEC PETIT PLACARD DE RANGEMENT ET U[...]

40 €

RODEZ Dans une résidence neuve et sécurisée, place de parking privative de [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir