Covid-19 : la HAS en faveur de la vaccination par les pharmaciens et les sages-femmes

  • Covid-19 : la HAS en faveur de la vaccination par les pharmaciens et les sages-femmes
    Covid-19 : la HAS en faveur de la vaccination par les pharmaciens et les sages-femmes
Publié le

Comment vacciner plus vite contre la Covid-19 ? La Haute Autorité de Santé (HAS) propose d’impliquer davantage de professionnels de santé. Ainsi recommande-t-elle que les sages-femmes et les pharmaciens puissent prescrire et administrer les vaccins.

Une moyenne de 20 000 nouveaux cas quotidiens. Un système de santé de plus en plus sous pression. Dans ce contexte, la vaccination rapide des plus fragiles est plus que jamais un enjeu majeur dans la lutte contre la Covid-19. Une vaccination qui, aux yeux de tous, ne va pas assez vite. Alors que la Haute Autorité de Santé vient de se prononcer pour l’élargissement des indications du vaccin AstraZeneca chez les plus de 65 ans, comment donner un coup d’accélérateur à l’immunisation ?

Simplifier l’accès à la vaccination

Plusieurs leviers émergent pour faciliter l’administration des vaccins : multiplier les lieux de vaccination, diversifier les vaccinateurs et être au plus près de la population à vacciner. Dans cet objectif de proximité, la HAS recommande donc d’impliquer les pharmaciens, les sages-femmes et les infirmiers pour l’ensemble des vaccins contre la Covid-19.

Ainsi, la prescription pourrait être faite :

  • par les pharmaciens, sauf chez les femmes enceintes, et les personnes présentant un trouble de l’hémostase (les personnes sous traitement anticoagulant ne sont pas concernées par cette restriction) ;
  • par les sages-femmes chez la femme, en particulier la femme enceinte, et dans l’entourage de celle-ci et de son enfant.

Voilà qui pourrait accélérer les choses alors que les principaux lieux de vaccination restent actuellement les hôpitaux et les centres de vaccination. 

A noter : depuis le 25 février, les médecins libéraux et ceux exerçant en centre de santé peuvent administrer le vaccin AstraZeneca à une partie de leur patientèle (les 50-64 ans présentant une ou plusieurs comorbidités).

Destination Santé
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?