La grande famille des Aveyronnais d’ici et d’ailleurs se retrouve au pays le 12 août

Abonnés
  • Après deux années blanches, puisque le dernier rassemblement a eu lieu en 2019 à Laissac avec, en particulier, la visite du site des Bourines, les retrouvailles estivales en Aveyron de la fédération des Aveyronnais d’ici et d’ailleurs fêtent leur retour. L’édition 2022 est fixée vendredi 12 août à l’initiative de l’amicale de Sainte-Geneviève, Cantoin et Graissac.
    Après deux années blanches, puisque le dernier rassemblement a eu lieu en 2019 à Laissac avec, en particulier, la visite du site des Bourines, les retrouvailles estivales en Aveyron de la fédération des Aveyronnais d’ici et d’ailleurs fêtent leur retour. L’édition 2022 est fixée vendredi 12 août à l’initiative de l’amicale de Sainte-Geneviève, Cantoin et Graissac.
Publié le

C’est un rituel presque immuable. Seul le Covid-19 a eu raison du rendez-vous estival des amicalistes dans le département. Après deux années blanches, la fête battra à nouveau son plein vendredi prochain à Argences-en-Aubrac.

"Le nouveau nom de notre fédération prend cette année tout son sens car on a réussi à faire sauter les frontières". Yvette Mathieu a le sourire, se réjouissant que la fédération des Aveyronnais d’ici et d’ailleurs a ouvert ses bras, à l’occasion de la rencontre estivale. Après deux années blanches (le dernier rassemblement a eu lieu en 2019 à Laissac), cette tradition au fort ancrage fête son retour vendredi 12 août, à Argences-en-Aubrac. Tous les Aveyronnais, ceux qui sont partis vers d’autres horizons, et pas uniquement Paris, comme ceux qui sont restés au pays, sont ainsi concernés par cette journée "gourmande, festive et animée" et ils sont nombreux à avoir répondu à l’invitation de l’amicale de Sainte-Geneviève-sur-Argence, Cantoin et Graissac, présidée par Laurent Cayron.

Quelques jours avant la clôture des inscriptions, plus de 230 personnes étaient d’attaque pour cette fête au pays. "Ca dépasse largement nos espérances les plus optimistes, insiste la trésorière adjointe, membre (très active) du bureau fédéral depuis 20 ans. C’est déjà une première réussite mais ce n’est pas la seule. On souhaitait toucher davantage les jeunes et, séduits peut-être par les diverses activités qui leur sont réservées, ils seront bien là. Enfin, on voulait vraiment redynamiser ce rassemblement qui s’essouflait, pour lequel l’adhésion était moins forte, en proposant des tarifs plus attractifs. Le prix est de 50 euros pour le petit-déjeuner, le déjeuner, la paella géante et le spectacle équestre nocturne, les activités".

Et Yvette Mathieu de préciser volontiers : "Ce rajeunissement et cette démocratisation sont le fruit de la réflexion d’un groupe de huit ou dix membres qui ont souhaité redonner leurs lettres de noblesse à cet événement".

La visite, notamment, du barrage de Sarrans

Après 1989, date du dernier séjour estival, Sainte-Geneviève- sur-Argence est donc, à nouveau, le point de chute de la famille amicaliste. La commune du maire Jean Valadier aurait dû célébrer ces retrouvailles en 2020 pour souffler les 120 bougies de l’amicale de Sainte-Geneviève, Cantoin et Graissac mais la crise sanitaire en a décidé autrement. "On est très heureux de pouvoir servir cette fête qui tient à cœur de beaucoup de monde à Paris, en Aveyron et et ailleurs aussi", lance Yvette Mathieu, qui jouera à domicile.

Cette initiative a également séduit Amelia, qui a décidé de "faire un petit quelque chose, pour être solidaire avec l’opération". La compagnie aérienne de l’Aveyronnais Alain Regourd accordera un tarif unique de 256 € (aller-retour) à tous ceux qui effectueront le trajet entre la capitale et l’Aveyron en avion. Tout au long de cette journée du 12 août, des visites organisées permettront de découvrir les richesses culturelles, industrielles et patrimoniales de ce territoire.

Les participants se verront proposer notamment : une visite exceptionnelle de l’usine du barrage de Sarrans (limitée à 60 personnes, elle est complète et les organisateurs ont dû refuser du monde), la visite de l’usine de méthanisation, une ferme et l’activité de la traite, la découverte du musée de la cornemuse du Massif Central à Vines sur la commune de Cantoin, des promenades commentées sur les croix, les églises et, plus généralement, le patrimoine autour de Vines, Orlhaguet, Mels ou Durbec.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Rui DOS SANTOS
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?