Comment utiliser des antalgiques opioïdes sans risque ?

  • Comment utiliser des antalgiques opioïdes sans risque ?
    Comment utiliser des antalgiques opioïdes sans risque ?
Publié le

Les opioïdes sont efficaces pour lutter contre la douleur. Malheureusement ils exposent à un risque de dépendance s’ils sont mal utilisés. C’est pourquoi l’Observatoire français des médicaments antalgiques rappelle les règles pour un bon usage de ces molécules.

Morphine, codéine, tramadol, oxycodone, fentanyl… Ces médicaments prescrits pour leurs propriétés antalgiques sont des opioïdes. Très utiles contre de nombreuses pathologies, ils exposent pourtant à un fort risque de dépendance et voire une surdose qui peut être mortelle. Aux Etats-Unis, l’utilisation sans encadrement de ces médicaments a conduit depuis le début des années 2000 à une véritable épidémie d’overdoses. Selon les Centers for disease control and prevention (CDC) américains, depuis 1999, près de 841 000 personnes sont décédées des suites d’une overdose, dont environ 500 000 sont attribuées aux opioïdes.

Ce mésusage n’est pas l’apanage des Américains. En France, "onze millions de personnes bénéficient chaque année d’au moins une ordonnance remboursée d’un médicament antalgique opioïde", indique l’Observatoire français des médicaments antalgiques. Et selon un sondage réalisé par OpinionWay pour l’OFMA et la fondation Analgesia, "les Français ne font pas forcément bon usage des deux antalgiques opioïdes les plus prescrits que sont le tramadol et la codéine".

C’est pourquoi il est impératif de rappeler les règles de précaution d’usage afin d’éviter le pire. Comme le rappelle l’OFMA dans une vidéo en ligne sur son site, si votre médecin vous prescrit un opioïde pour traiter votre douleur vous devez respecter la durée et la posologie de votre ordonnance. Normalement, votre médecin ne vous prescrira pas ce type de médicament sur le long terme. Pour le tramadol par exemple, la limite est de 3 mois. Au-delà, la poursuite du traitement nécessitera une nouvelle ordonnance.

De plus, n’augmentez jamais les doses de votre propre chef et ne prenez pas ces médicaments "pour autre chose que pour traiter la douleur". De même ne donnez jamais des médicaments qui vous ont été prescrits personnellement à une autre personne.

Si votre douleur ne disparait pas ou si vous ne parvenez pas à arrêter de prendre ces médicaments, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien

Destination Santé
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?