Rodez Aveyron Football

Coupe de France : le drôle de parcours des Ruthénois

  • La joie des Ruthénois lors de la victoire à domicile face à Saint-Alban, à l'occasion du 6e tour.
    La joie des Ruthénois lors de la victoire à domicile face à Saint-Alban, à l'occasion du 6e tour. Jean-Louis Bories / Jean-Louis Bories
Publié le / Modifié le S'abonner

Si dimanche, ce sont les pros de Montpellier qui déboulent au stade Paul-Lignon, les amateurs ruthénois ont dû, précédemment, batailler ferme afin de « s’offrir » ce match phare. Retour sur leur parcours.
 

À 14 h 15 dimanche - horaire alambiqué, retransmission sur France 3 Régions oblige -, les frissons d’émotion traverseront à coup sûr les gars du Raf. Se confronter à un gros poisson de L1, chez soi, devant son public : c’est beau. Et cela laisse des souvenirs impérissables. D’autant plus quand, comme la bande à Julien Lorthioir, on a bataillé ferme auparavant pour parvenir, à chaque fois, à faire respecter la hiérarchie. Avant de retrouver chaque jour jusqu’à dimanche dans nos colonnes les dernières infos, des indiscrétions, des magazines ou des interviews à propos de ce Raf-Montpellier, retour aujourd’hui sur le parcours du Raf en Coupe de France depuis son entrée en lice au 4e tour, le 28 septembre dernier.


Montauban - Rodez 0-2 ap : Boutabout évite le pire
Pour son premier match, le Raf se rend à Montauban, formation évoluant trois niveaux en dessous lui (DHR). Pourtant, comme un symbole, Mansour Boutabout (double buteur, 92e et 118e) et les siens débutent leur campagne par une crispante prolongation.


Girou - Rodez 0-0 (7-8 tab) : Le Raf peut remercier Rascle
15 jours plus tard, pour le compte du 5e tour, « seulement » deux niveaux d’écart placent le Raf favori, malgré son statut de club visiteur, cette fois à Pechbonnieu. Impossible de trouver la faille dans ce qui s’apparente à « un bourbier irrespirable », écrivions-nous le 13 octobre dernier. Et la lumière est venue du portier Damien Rascle, élevé au rang de sauveur (trois tirs repoussés, un marqué) lors d’une séance de tirs au but interminable. La plus longue même de ce 5e tour dans la France entière.

Rodez - Saint-Alban 2-0 : Les Ruthénois ont fait le métier
À coup sûr, la rencontre remportée le plus « facilement ». Du moins, sans aller, ni aux tirs au but, ni même en prolongation. Et avec deux buts d’écart s’il vous plaît ! Face à un adversaire, alors lanterne rouge de CFA2, tout n’a pas été rose pour les « sang et or », mais l’essentiel a été acquis, cette fois, sans douleur. La seule partie disputée à domicile avant celle de dimanche.


Tour-St-Clair - Rodez 0-0 (1-3 tab) : Rodez évite le piège
« Passer par la petite porte, ça n’existe pas. En Coupe de France, il y a ceux qui sont qualifiés et ceux qui ne le sont pas. » En Isère ce dimanche de novembre, le coach Franck Plenecassagne est inspiré. Ses ouailles ne lui ont pourtant encore pas évité des sueurs froides face à un club évoluant trois divisions en dessous. La loterie a encore souri à ceux qui avaient malgré tout largement dominé, notamment le deuxième acte.


Toulon - Rodez 0-1 : Tristounet mais l’essentiel acquis
Drôle de match. Comme le sont souvent ces rencontres jouées à huis clos. La faute aux supporters locaux. Et, encore une fois, le Raf a malgré tout réussi, sans être génial, à faire respecter la hiérarchie (Toulon est pensionnaire de DH). Via un penalty victorieux de Julien Lorthioir. C’était début décembre. Avant qu’un joli cadeau ne leur soit offert pour les fêtes...

A. P.
Voir les commentaires
Réagir