Amateur d’images pédophiles, il écope d’un an de prison avec sursis

  • Amateur d’images pédophiles, il écope d’un an de prison avec sursis
    Amateur d’images pédophiles, il écope d’un an de prison avec sursis
Publié le
Centre Presse / Rachid Benarab

L’histoire aurait pu passer sous silence sans les signalements répétés des infirmières venus prodiguer des soins à cet homme, dans son domicile de Luc. Des infirmières choquées d’avoir été confrontées à des images pédophiles au domicile de cet homme âgé de 56 ans, placé sous curatelle. Des signalements qui sont finalement remontés aux oreilles des forces de l’ordre et qui l’ont conduit à comparaître hier à la barre du tribunal de Rodez pour répondre des faits de détention de l’image d’un mineur présentant un caractère pornographique. Au moment des faits qui se seraient déroulés entre juillet 2004 et mai 2015, l’homme est décrit comme « solitaire et souffrant de problèmes alcooliques ». Lors de l’enquête, les forces de l’ordre retrouveront de nombreuses images pédo-pornographiques.

Et l’étude de son disque dur est sans équivoque. Des images « bien éditées et bien classées, comme tout le reste d’ailleurs chez lui », remarque le procureur Antoine Wolff en insistant sur « sa manie de tout conserver. » L’homme qui se déclare comme passionné d’astrophysique se défend en déclarant : « Après 4 heures derrière l’écran d’ordinateur, ça me détendait de regarder ces images. Mais je ne suis pas attiré par les enfants », précise-t-il aux juges. Et l’accusé d’incriminer « l’alcool à outrance combiné aux antidépresseurs. » « Heureusement que tous ceux qui boivent et prennent des antidépresseurs n’ont pas le même vice », tonne le représentant du ministère public.

« Si c’était juste pour vous détendre, pourquoi conserver ces images et les classer. Il fallait les effacer. Vous avez aussi refusé de rencontrer le psychiatre. » « Je ne l’aime pas », balbutie l’individu. « Vous avez eu peur de ce qu’il allait dire. Vous êtes une bombe à retardement », conclut le procureur avant de requérir un an de prison avec obligation de soins, suivi sociojudiciaire et inscription sur le fichier dédié aux infractions sexuelle. Un réquisitoire « beaucoup trop sévère » pour Hubert Aoust, le conseil du prévenu qui a rappelé que son client « n’a jamais eu à faire à la justice. Il n’a jamais touché à un enfant. Il est malade et il faut surtout le protéger contre lui-même. » Il a ensuite demandé aux juges « une décision à la hauteur des faits commis. Pas plus, pas moins. » Ces derniers l’ont finalement déclaré coupable des faits qui lui sont reprochés et l’ont condamné à un an de prison avec sursis, mise à l’épreuve et obligation de soins.

Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

130000 €

RODEZ proche TOUR DE VILLE - Rare sur le marché, appartement de type 2 de 5[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?