Que promet Emmanuel Macron pour l’Aveyron ?

  • Que promet Emmanuel Macron pour l’Aveyron ?
    Que promet Emmanuel Macron pour l’Aveyron ?
Publié le , mis à jour

Comme tous les Français, les Aveyronnais vont vivre cinq ans au rythme des réformes et des engagements que le nouveau président a consigné dans son programme. Parmi toutes les mesures que souhaite défendre Emmanuel Macron et son futur gouvernement, certaines, par leur nature et leur domaine d’application, concernent plus particulièrement notre département et ses habitants. Voici quelques dispositions dont pourrait bien profiter l’Aveyron.

« Nous limiterons à 12 élèves par enseignant la taille des classes de CP et CE 1 en zone prioritaire ». Une zone d’éducation prioritaire existe en Aveyron : Decazeville. Elle concerne quatre écoles maternelles et élémentaires de Decazeville, deux de Firmi, deux de Cransac, quatre d’Aubin et une Viviez. De plus, les enseignants (dont le recrutement sera basé sur trois ans d’expérience) recevront une prime annuelle de 3 000 €.

Côté troisième cycle, le gouvernement prévoit de créer 80 000 places en France dans les filières professionnalisantes, le développement des filières en alternance dans les lycées professionnels, et une meilleure autonomie des universités (Champollion) qui pourront définir leurs formations. L’Aveyron devrait en profiter surtout sur les filières concernant les « métiers en tension ».

Cinq milliards d’euros sur cinq ans doivent être consacrés à l’agriculture, pour un plan de modernisation concernant les exploitations. Accompagnement dans le développement des circuits courts, assorti d’une obligation faites aux cantines de se fournir pour moitié d’ici cinq ans en produits issus des circuits courts ou de l’agriculture biologique. L’Aveyron y réfléchit déjà depuis longtemps et la mise en œuvre de nouveaux projets devrait être facilitée. De plus, 200 M€ seront débloqués pour rémunérer les agriculteurs français qui « rendent des services environnementaux », à commencer par l’entretien du paysage comme c’est déjà le cas dans le département, peu concerné par les productions intensives.

Une quinzaine de maisons de santé sont réalisées ou en en projet dans le département. Le programme Macron prévoit d’en doubler le nombre partout où cela est nécessaire pour lutter contre la désertification médicale. Des aides spécifiques sont prévues dans ce domaine, de même que pour le développement de la télé-médecine en milieu rural. Il est, de plus, annoncé une réforme du numerus clausus jugé « injuste et inefficace » : plus de médecins pourraient être formés et incités à s’installer en zones rurales. En revanche, il est prévu une accélération du déploiement des groupements hospitaliers de territoire. Pas sûr qu’ils ne condamnent pas certains établissements ou maternités...

L’Aveyron n’est pas à proprement parler dans une zone prioritaire dans laquelle doit se renforcer la police de proximité. Pas sûr dès lors que le nombre de policiers et gendarmes soit revu à la hausse. En revanche, des moyens accrus seront donnés à la modernisation des outils des forces de l’ordre, y compris les bâtiments. La création d’un nouveau commissariat de police à Rodez peut être relancée à cet effet.

Côté justice, l’Aveyron ne bénéficiera pas de places de prison supplémentaires (15 000 à créer en France). Mais au titre d’un redimensionnement des maisons d’arrêt vers des « tailles plus humaines », celle de Druelle pourrait à terme ne plus être en sur effectif. On retiendra également qu’ici comme ailleurs, un tribunal de première instance sera implanté, sorte de guichet unique permettant un accès plus facile au juge.

Réussir la transition énergétique est une priorité annoncée. à ce titre, le programme Macron prévoit en cinq ans de doubler la capacité en solaire et en éolien, grâce à des encouragements divers à l’investissement privé. Faudra-t-il pour autant desserrer le carcan imposé par les zones de développement éolien (ZDE) qui maillent l’Aveyron ? Le département a atteint un seuil jugé critique par de nombreuses associations bien structurées contre la prolifération des mâts. Ces derniers sont au nombre de 95, auxquels il faut ajouter 270 éoliennes incluses dans des projets déjà autorisés et en attente de mise en œuvre ou en cours d’instruction. Cela risque en effet de faire beaucoup à la sortie... En revanche, le discret projet de mine de charbon à Bertholène prend du plomb dans l’aile, le futur gouvernement voulant abandonner toute exploration d’énergie fossile et fermer les centrales à charbon en cinq ans. Idem pour le gaz de schiste dont des projets ont pu émerger, un temps, sur le Larzac...

Le conseil départemental (et le Sieda désormais) se bat depuis quinze ans pour la résorption des zones blanches. C’est aussi une priorité du programme Macron de couvrir tout le territoire en très haut débit d’ici cinq ans et le doublement du nombre d’antennes mobiles (assorti de sanctions pour les opérateurs qui traînent les pieds) pour que la 4G rayonne partout.

S’y ajoute la « création vavec les associations d’un réseau d’accompagnement pour proposer du temps de soutien et une formation aux outils et services numériques » en milieu rural notamment. Dans tout cela, l’Aveyron devrait pouvoir trouver son compte.

Le développement autoroutier n’est pas une priorité. Le futur gouvernement voudra privilégier les liaisons de proximité, le rail et l’aide au covoiturage. Mais la RN 88 ne devrait pas pour autant être remise en cause...

Dans un autre registre, les départements ruraux demeureront en l’état. Et le programme Macron incitera les premiers échelons territoriaux à se regrouper sur le principe des communes nouvelles. Elles sont déjà huit en Aveyron, il devrait, demain, y en avoir plus dans le département.

Centre Presse / Christophe Cathala
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?