A Rodez, la brasserie des Colonnes rouvre cette semaine

  • Les trois amis de 20 ans, (un à gauche et deux à droite) ont ouvert un restaurant qui leur ressemble.  SO
    Les trois amis de 20 ans, (un à gauche et deux à droite) ont ouvert un restaurant qui leur ressemble.  SO
Publié le
Centre Presse

Beaucoup de personnes attendent l’ouverture du restaurant les Colonnes. Et bien c’est fait ou presque. Le prestigieux établissement rouvre en milieu de semaine, après plusieurs mois de fermeture. Frédéric Tressière, Thierry Frontin et Fabrice Carrier ont repris le restaurant qui jouit d’un formidable emplacement. A l’angle de l’avenue Victor-Hugo. Ce qui leur fait dire qu’on les « attend au virage ». Mais les trois complices ont bien conscience du défi. « On doit donner le change. On est un peu au bout de l’avenue des Champs-Elysées, tout de même », plaisante Fabrice Carrier. Les trois amis et complices ont mis les bouchées doubles pour ouvrir pour ce début de saison touristique.

Passionnés de gastronomie, de bons vins et « de bonne bouffe », comme ils le répètent à l’envi, les trois co-propriétaires et co-gérants espéraient depuis longtemps monter une affaire dans le secteur alimentaire. Un secteur peu éloigné de leur « monde ». Fabrice Carrier est bien connu en effet dans le domaine de la restauration pour son établissement éponyme et son restaurant à Almont-les-Junies. Quant à ses deux amis « de 20 ans », ils ne sont non plus pas étrangers à « la bonne bouffe ».

Frédéric Tressière et Thierry Frontin travaillent depuis deux décennies dans le secteur de la viande. « Nous livrons aux bistrots parisiens depuis des années. Nous avons un partenariat. Nous nous connaissons et nous aimons la convivialité », confie le trio, dans un grand rire. Connaissant parfaitement les produits qu’ils vendent, ils comptent bien en faire profiter les clients des Colonnes. A la carte donc de la viande « d’ici », celle de l’Aubrac, mais aussi le mythique aligot qui, décidément ne passe pas de mode. « Nous proposons une carte et des menus à 99,99 % de produits frais et de saison. Des produits de qualité, sans chichi », assure Fabrice Carrier.

Ce sera lui, le chef cuistot, le chef de la brigade de 15 personnes. Quinze personnes embauchées pour faire face aux ventres affamés dès l’ouverture. En plus des grands classiques de la gastronomie locale, la carte comportera aussi des frites fraîches... «Nous voulons faire de la bitstronomie ou du bistrot haut de gamme dans un endroit qui nous ressemble. Simple, convivial et chaleureux...», ajoute le trio.

Pour recevoir leurs clients, la décoration a été revisitée. Exit les deux sirènes surplombant le bar, et bienvenu à une déco spartiate et sans thématique particulière. Si les colonnes ont été conservées (elles sont indispensables au maintien de l’ensemble), la plupart de la déco a été remplacée. Au milieu de la salle, une grande table conviviale accueillera les grands groupes ou les plusieurs personnes seules... qui se retrouveront.

Dans un coin, un peu à l’abri, c’est un fauteuil bleu et une petite table qui accueilleront les copains et copines dans l’après-midi, pour un smoothie, un thé ou un chocolat. Le reste du restaurant est dédié à 150 couverts en terrasses et 70 autres à l’intérieur. Les propriétaires espèrent servir plus de 120 couverts au quotidien, midi et soir, sept jours sur sept.

Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

130000 €

RODEZ proche TOUR DE VILLE - Rare sur le marché, appartement de type 2 de 5[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?