Pierre Beffre, ancien maire d’Aubin, n’est plus

  • Le regretté Pierre Beffre.
    Le regretté Pierre Beffre.
Publié le
Centre Presse / Philippe Boscus

Pierre Beffre qui fut de 1994 à mars 2015 conseiller général du canton d’Aubin et maire du bourg centre de la vallée de l’Enne de 1995 à 2008 est décédé dans sa 81e année, mardi en milieu de journée à l’hôpital Jacques-Puel de Rodez.

L’annonce de son décès soudain, au terme d’une forme foudroyante d’une cruelle maladie, a surpris et attristé beaucoup de monde puisqu’il y a tout juste quelques semaines encore, rien ne laissait présager une telle issue.

Natif de Millau, Pierre Beffre était arrivé dans le Bassin en 1958 pour enseigner au cours complémentaire d’Aubin avant de devenir professeur de technologie et de mathématiques au collège Jean-Jaurès de Cransac où il prendra sa retraite en 1996.

En 1971, il adhère au Parti socialiste où il prendra au fil des ans de nombreuses responsabilités (secrétaire de la section aubinoise de 1980 à 1993 ; membre de la commission exécutive de la Fédération aveyronnaise en 1979, membre de la fédération des élus socialistes et républicains en 1986).

C’est en 1971 qu’il se lance sans succès dans l’arène municipale en étant candidat sur la liste d’Union de la Gauche conduite par le communiste Jean Martin, opposé au socialiste Lucien Mazars. Il sera par la suite 5e adjoint de 1983 à 1989, puis 1er adjoint de 1989 à 1995, avant de s’asseoir dans le fauteuil de maire. Pour la petite anecdote qui lui valut quelques quolibets, Pierre Beffre fut quelques heures durant, en qualité de doyen de l’assemblée, président du Conseil général de l’Aveyron, le temps que le conseil élise Jean Puech...

Affable, ouvert, volontiers jovial au physique plutôt longiligne et à l’allure dégingandée, Pierre Beffre laissera paradoxalement le souvenir d’un homme rond ; celui d’un élu qui n’aimait pas les conflits, rechignait souvent à dire non - on se souvient de l’épisode du quai de transfert des ordures ménagères où, tout juste après avoir dit oui à son implantation du côté de Cérons, il fit tout de suite volte-face, devant la levée de boucliers des riverains - mais qui savait finalement faire preuve d’une longue obstination qui lui valut le respect et l’affection de nombreux concitoyens. Rappelons également, avec Roger Lajoie-Mazenc qui le rapporte dans son ouvrage « Fantassins de la démocratie » qu’en 1997, Pierre Beffre se signalât en votant le budget du conseil général, alors que les autres conseillers socialistes s’étaient abstenus... Cela pour ajouter à la complexité du personnage !

Son décès, après celui de Pierre Gadéa (dont il fut le vice-président de la Communauté de communes Decazeville-Aubin), puis plus récemment celui de Jean-Paul Linol marque la fin d’une génération politique qui a écrit et façonné les contours et le cadre du territoire actuel et qui laissera donc immanquablement une empreinte durable dans le paysage local.

Qu’il nous soit permis ici, au nom de notre titre, et à titre personnel, d’adresser toutes nos condoléances attristées à son épouse ainsi qu’à ses deux fils.

Les obsèques religieuses de Pierre Beffre auront lieu ce samedi à 10 heures en l’église Notre-Dame d’Aubin, suivies de l’inhumation au cimetière d’aubin. Un hommage peut lui être rendu au funérarium d’Aubin.

Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

140000 €

Immeuble de rapport avec caves et terrain clos avec puits à l'arrière compr[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?