La FBTP12 aspire à des « routes de l’espoir » contre la fracture territoriale

  • Un panel d’élus et spécialistes pour éclairer quelque 180 participants.
    Un panel d’élus et spécialistes pour éclairer quelque 180 participants.
Publié le
Centre Presse

« La fracture territoriale engendre la stagnation du BTP rural aveyronnais. Je demande aux invités de tracer, ensemble, les routes de l’espoir ». À la tribune en ouverture des débats, Daniel Druilhet, reconduit dans ses fonctions de président de la Fédération du bâtiment et des travaux publics hier matin, a réaffirmé sa volonté d’« essayer d’accompagner, de guider vers les évolutions et vers l’avenir » les adhérents de la FBTP et, on l’imagine, l’ensemble du paysage local du BTP.

Aux commandes du débat, le journaliste et réalisateur Daniel Leconte a demandé à chacun des élus et spécialistes invités à « trouver, ensemble, des réponses à ce défi » à travers un débat « d’intérêt général ».

« Ils ont fait fi de leurs étiquettes politiques, résumera Daniel Druilhet. Il y avait une grande qualité dans les échanges, c’était très intéressant mais aussi amusant de voir Christian Teyssèdre être d’accord avec Arnaud Viala ou Stéphane Mazars sur la même ligne que Jean-François Galliard... Pour une fois, chacun ne défendait pas sa petite chapelle ».

Le constat a été partagé par tous : l’Aveyron est concerné par la fracture numérique... mais dispose de nombreux atouts pour la résorber, comme l’ont souligné tour à tour les élus. Au gré d’échanges riches, politiques et spécialistes ont émis plusieurs pistes de travail dans ce sens.

Si une volonté consensuelle de lutter contre cette fracture s’est fait jour, « il faudra une mutualisation des moyens, et là ça sera plus difficile », confiait cependant le président de la FBTP 12, très satisfait à l’issue de la rencontre.

L’animateur Daniel Leconte avait fait le choix d’évoquer le sujet par le prisme de l’actualité politique nationale, les autres intervenants se chargeant d’évoquer les conséquences locales de décisions prises au niveau national.

Les « routes de l’espoir » qu’il appelait de ses vœux en ouverture de séance sont sans doute à envisager au sens premier du terme.

Car c’est avant tout de routes aériennes (aéroport), routes numériques (fibre optique) ou axes routiers (RN88) dont il a été question, autant de leviers à actionner dans l’avenir pour surmonter cette fracture territoriale et espérer emprunter au plus vite ces « routes de l’espoir ».

Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

130000 €

RODEZ proche TOUR DE VILLE - Rare sur le marché, appartement de type 2 de 5[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?