Les salariés de la Société porc montagne mettent fin à la grève

  • Les grévistes ont obtenu entre autres  une augmentation de 2,5 % des salaires.
    Les grévistes ont obtenu entre autres une augmentation de 2,5 % des salaires.
Publié le
Centre Presse

L’accord entre grévistes et direction a été trouvé mecredi dans les locaux de la Société porc montagne, à Sainte-Radegonde, mettant un terme à une grève entamée, dans la nuit de lundi à mardi, par une trentaine de chauffeurs et employés.

Ces derniers avaient décidé de cesser le travail afin d’attirer l’attention de leur direction sur les conditions de travail qui aboutissent, selon les syndicats, au fait qu’en 2017, « 30 % des salariés ont été victimes d’accidents du travail »

« Les négociations sont terminées, elles ont abouti dans l’ensemble », se félicitait hier midi Brigitte Mathieu, employée polyvalente et syndiquée à Force ouvrière. « Les conditions de travail seront réétudiées par réunions régulières en présence de représentants de la médecine du travail », explique-t-elle.

Les chauffeurs ont obtenu une hausse de leur prime de repas et les ouvriers et employés une augmentation de salaire de 2,5 %. Une entente confirmée par le directeur Serge Clamagirand et qui pourrait être officialisée dès lundi par la signature d’un protocole d’accord.

À l’origine aussi de ce court mouvement social, selon les élus de FO et de la CFDT, le non-respect par la direction d’un accord du même type que celui que s’apprêtent à signer syndicats et direction. En juin et après avoir déposé un préavis de grève, les salariés avaient obtenu de la direction une étude des postes avec la médecine du travail et les représentants syndicaux et l’instauration d’un calendrier pour encadrer l’amélioration des conditions de travail.

Aucun point de cet accord n’aurait été appliqué selon les syndicats, un jugement « un peu sévère » pour le directeur, qui affirme que le « mode opératoire de l’amélioration des conditions de travail » a été établi depuis. « C’est un sujet sur lequel nous travaillons en permanence, depuis plusieurs années, reprend Serge Clamagirand, qui explique par ailleurs que 2 M€ seront alloués en 2018 à la modernisation de l’atelier de découpe.

« On en a fait, il en reste encore à faire. Je sais l’attachement des employés à l’entreprise », conclut le directeur. « Cette fois-ci, nous espérons que cela va être respecté, sinon nous sommes prêts à repartir en grève. Nous restons vigilants », expliquait Brigitte Mathieu.

Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

130000 €

RODEZ proche TOUR DE VILLE - Rare sur le marché, appartement de type 2 de 5[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?