Rodez : les échanges rendent plus riche au Café des langues

  • Lors du Café des langues d’avril, autour des tables du Broussy, on parlait espagnol, anglais, italien, allemand et même russe.
    Lors du Café des langues d’avril, autour des tables du Broussy, on parlait espagnol, anglais, italien, allemand et même russe.
Publié le
Centre Presse / Emmanuel Pons

À l’origine de l’idée : Nuria, jeune « volontaire européenne », passée par le lycée Charles-Carnus le temps d’une année scolaire. C’était en mai 2017. Une initiative développée par Chantal Braley-Pons, documentaliste dans l’établissement ruthénois et alors tutrice de la jeune Espagnole.

Le Café des langues était né. Une fois par mois, de 18 heures à 21 heures, les étudiants du lycée et de l’IUT se retrouvent autour d’un verre pour une soirée où se mêlent les cultures et les langues du monde. Les débuts sont modestes avec une vingtaine d’élèves réunis au Café de la Paix.

Aujourd’hui, le groupe s’est étoffé : entre 40 et 50 personnes se retrouvent mensuellement pour parler leur langue maternelle (ou une autre) et faire des rencontres. Des échanges conviviaux et amicaux en anglais, espagnol, italien, allemand et même en russe.

L’ambiance est décontractée. Sans chichis. De 17 à 77 ans, pourrait-on dire. Puisque ce rendez-vous mensuel rassemble désormais au-delà des étudiants.

Attablée au Broussy, où se tenait le dernier Café des langues en date, Ana, Mexicaine de 29 ans, passée par Toulouse où elle était jeune fille au pair et aujourd’hui installée à Rodez avec Marc, son mari français, se plaît à échanger en espagnol. La jeune prof apprécie ces rendez-vous qui permettent aussi de se faire des amis.

Kevin est Irlandais. À 68 ans, cet ancien arbitre international d’échecs et toujours très actif au sein de la fédération habite, avec son épouse, sur les hauteurs de Marcillac, vient au Café des langues pour parler... espagnol. « J’ai beaucoup pratiqué pour mon activité. Ici, je peux me remettre à niveau. »

Basée à Rodez et travaillant à Laissac, Sophie, 30 ans, n’a pas besoin de remise à niveau. Elle a vécu quelques années en Italie et parle couramment. Quand des amis lui ont parlé du Café des langues, elle a rapidement pris contact. « Ça n’est pas facile de trouver des personnes avec qui parler italien à Rodez. Et puis ici, on crée des liens. On s’échange nos numéros de téléphone », se réjouit-elle.

« Le Café des langues, c’est eux », dit le prof d’espagnol Romain Prieto qui, avec Marlène Mobian (anglais), a rejoint Chantal Braley-Pons au sein de l’équipe mobilité (lire par ailleurs) du lycée Carnus. « C’est du boulot d’organiser tout ça mais on le fait avec plaisir », note-t-il.

Au niveau des étudiants, « cela permet de décloisonner la classe ». Lui, qui participe activement aux conversations improvisées, met tout son enthousiasme au service de ces rendez-vous mensuels, « pour nous, pour les jeunes, pour la culture et pour la langue », précise-t-il.

Et le message est semble-t-il bien passé puisque le Café des langues affiche quasi complet. Certains participants souhaiteraient même un rendez-vous bimensuel.

À tel point que les trois organisateurs envisagent un système d’inscriptions afin de mieux gérer le nombre de participants...

La prochaine date est fixée au 16 mai chez Cécile et Aimé à Rodez. Mieux vaut réserver. Contact : volontaire-sve@carnus.fr

Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

130000 €

RODEZ proche TOUR DE VILLE - Rare sur le marché, appartement de type 2 de 5[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?