Santé

Les cardiologues l’affirment : le sexe, c’est bon pour le cœur !

  • Les cardiologues l’affirment : le sexe, c’est bon pour le cœur !
    - destinationsante.com
S'abonner Mis à jour le -- partages
L’été est propice au rapprochement des corps. Et selon la Fédération française de Cardiologie (FFC), une activité sexuelle régulière présente de nombreux bénéfices pour le cœur. Alors pourquoi s’en passer ?

L’Organisation mondiale de la Santé le rappelle : « l’activité sexuelle participe à la qualité de vie, car elle est bénéfique à la fois pour la santé mentale et physique. » La FFC va plus loin et ajoute que « contrairement aux idées reçues, son effet est vraiment positif sur la santé cardio-vasculaire. »

Tout d’abord, l’accident cardiaque lors d’un rapport sexuel est rare. « La plus vaste étude sur le sujet rapporte que 0,016% des décès par arrêt cardiaque seraient liés à un rapport sexuel pour les femmes contre 0,19% pour les hommes », rapporte la FFC.

En fait, « les bénéfices d’une activité sexuelle régulière pour le cœur sont multiples », explique le Pr  François Carré, cardiologue au CHU de Rennes. « Un rapport sexuel représente un effort physique modéré comparable à la montée de 20 marches à bonne allure. Comme toute activité physique, il contribue à muscler le myocarde, c’est-à-dire le muscle cardiaque, ce qui permet d’éliminer les toxines de l’organisme. »

Par ailleurs, nombre d’hormones (sérotonine, dopamine et endorphines) sont libérées au moment du passage à l’acte. Les vertus anti-stress sont donc réelles !

Quid des patients souffrant d’une maladie cardiovasculaire ? « L’activité sexuelle est un élément important de la qualité de vie, y compris chez le (ou la) patient(e) cardiaque ou vasculaire » répond le Pr Claire Mounier-Vehier, cardiologue au CHU de Lille et présidente de la FFC. « Le maintien ou la reprise de la vie sexuelle après un accident cardiaque est important pour le couple, agissant aussi bien sur le physique que le moral. Il est essentiel de s’y intéresser afin d’en discuter avec les patients et d’éviter les blocages. »

Levothyrox : l’ANSM donne raison au labo

Rougeole : une jeune fille de 17 ans décède à Bordeaux

Source : Destination Santé

Réagir