Cyclisme

Alexandre Geniez : "On a une équipe pour aller chercher le maillot"

  • Alexandre Geniez va vivre son premier championnat du monde.
    Alexandre Geniez va vivre son premier championnat du monde. AFP - AFP
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Alexandre Geniez, le coureur aveyronnais de la formation AG2R La Mondiale, a été sélectionné en équipe de France pour l’épreuve en ligne des championnats du monde, le 30 septembre, à Innsbrück, en Autriche. Un rendez-vous qu’il aborde avec de grandes ambitions collectives.

Avant de partir au Tour d’Espagne, vous aviez confié ne pas vraiment comprendre pourquoi Cyrille Guimard, le sélectionneur tricolore, ne vous avait pas inclus dans sa présélection. Il a fait machine arrière il y a quelques jours avant d’officiellement vous choisir hier. Comment avez-vous accueilli cette nouvelle ?

Très bien. C’est une grande satisfaction de revenir en sélection et de porter de nouveau le maillot de l’équipe de France. J’avais eu le sélectionneur dimanche, qui m’avait dit que j’étais dans la présélection, et il m’a rappelé ce matin (hier, NDLR) pour me dire que j’étais dans la liste finale. Les courses comme les Mondiaux sont toujours de grands moments. J’avais participé aux championnats d’Europe il y a deux ans, à Plumelec (Morbihan). C’était déjà bien mais là, c’est autre chose, ça n’arrive pas chaque année dans la carrière d’un coureur.

Avez-vous échangé avec lui autour de certains points en particulier, de ce qu’il attendait de vous ?

Non, pas plus que ça. Je pense que mes capacités à passer dans la montagne mais aussi à faire du boulot dans la plaine ont pesé dans son choix.

Comment abordez-vous ce rendez-vous ?

Ça va être intéressant. J’ai fait une super préparation pour aborder ce championnat du monde ; la Vuelta était le meilleur passage pour ça. Là, je vais partir demain (aujourd’hui) pour participer aux championnats du monde de chrono par équipes (de marque), dimanche. Je rentrerai quelques jours en France ensuite avant de repartir pour la course en ligne.

 

L'intégralité de l'interview à retrouver dans notre édition du vendredi 21 septrembre.

Réagir