Vie pratique - Conso

Défilé inhabituel et mouillé pour le styliste Stefano Ricci à Venise

  • Le styliste florentin dont les costumes sont arborés par de nombreuses célébrités comme le chanteur italien Andrea Bocelli ou l'acteur américain Tom Cruise, avait choisi le cadre prestigieux de la Scuola Grande de San Rocco
    Le styliste florentin dont les costumes sont arborés par de nombreuses célébrités comme le chanteur italien Andrea Bocelli ou l'acteur américain Tom Cruise, avait choisi le cadre prestigieux de la Scuola Grande de San Rocco Marco BERTORELLO / AFP / Marco BERTORELLO / AFP
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

(AFP) - Le designer Stefano Ricci, célèbre pour avoir habillé Nelson Mandela ou Morgan Freeman, avait prévu des smokings taillés au plus près mais ne s'attendait pas à affronter les éléments en présentant sa dernière collection dans une Venise ravagée par les inondations la semaine passée.

"Pour notre prochaine collection, rappelez-moi de prévoir des bottes", a plaisanté auprès de l'AFP le directeur créatif Filippo Ricci, après le défilé exposant la collection automne-hiver 2021 au beau milieu de la deuxième plus forte marée haute de l'histoire de Venise.

Le styliste florentin dont les costumes sont arborés par de nombreuses célébrités comme le chanteur italien Andrea Bocelli ou l'acteur américain Tom Cruise, avait choisi le cadre prestigieux de la Scuola Grande de San Rocco, qui héberge la plus grande collection au monde du peintre de la Renaissance, Tintoretto (Le Tintoret, 1518-1594).

La Scuola Grande a toujours accueilli les artistes et artisans.

"Cet endroit était connu comme un lieu de protection et d'encouragement pour l'art et l'artisanat", a confirmé à l'AFP le patron du groupe Niccolo Ricci, sur fond de tableaux évoquant l'Ancien Testament.

Les mannequins défilaient tranquillement pendant que la tempête se déchaînait à l'extérieur, inondant 80% du centre historique dont de nombreuses églises et musées, envahissant la crypte et le presbytère de la Basilique Saint-Marc, renversant gondoles et batobus.

A l'intérieur de la Scuola Grande, les bleus couleur bleuet et rouges cabernet de la collection faisaient écho aux teintes des grandioses peintures à l'huile du Tintoret.

Selon M. Ricci, la marque familiale fondée en 1972 travaille un peu à la manière du maître vénitien, en formant une paire entre chaque recrue et un maître-artisan fort d'au moins 20 ans d'expérience dans la couture, la bijouterie ou le travail du cuir.

Le Tintoret (de son vrai nom Jacopo Robusti) a vécu une expérience similaire, son père lui ayant trouvé une place auprès du Titien (Tiziano Vecellio), surnommé "le Soleil au milieu des petites étoiles" par ses contemporains. Mais la légende dit qu'effrayé par le talent de son jeune élève, le maître l'aurait jeté hors de son atelier.

- "L'Ecole est devenue riche" -
Le Tintoret parvint toutefois à remporter la commande pour décorer la Scuola Grande de San Rocco, dédiée à Saint Roch, invoqué depuis des siècles par les catholiques pour se protéger de la peste.

"La confrérie a été fondée autour de 1470 par un groupe de personnes qui voulaient prier contre les épidémies qui frappaient souvent les villes portuaires comme Venise", a expliqué à l'AFP Demetrio Sonaglioni, vice-président de la Scuola.

Cette Scuola était l'une des confréries "flagellatrices", dont les membres mortifient leur propre chair en la fouettant.

Cette pratique a disparu mais les membres de la Confrérie portent encore, lors des cérémonies, la traditionnelle robe blanche et une cagoule couvrant le visage avec des trous pour les yeux.

"Beaucoup venaient prier Saint Roch, d'autres faisaient des donations et l'Ecole est devenue riche", a expliqué M. Sonaglioni, soulignant que nombre d'adhérents étaient de prospères commerçants notamment en textile.

Le Tintoret était en train de peindre une scène de l'Ancien Testament évoquant la plaie des serpents envoyés par Dieu quand une terrible épidémie de peste frappa de nouveau la ville, tuant un quart de ses habitants et au moins 100 membres de la Confrérie.

Survivre à l'épidémie renforça encore la foi du Tintoret, comme l'illustrent les 60 peintures religieuses qui décorent les murs et les plafonds de la Scuola Grande, y compris plusieurs évocations de Saint Roch.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir