Cancer : un antibiotique pour renforcer les effets de la radiothérapie

  • Cancer : un antibiotique pour renforcer les effets de la radiothérapie
    Cancer : un antibiotique pour renforcer les effets de la radiothérapie
Publié le / Mis à jour le S'abonner
-- partages

Elle s’appelle la vancomycine, et elle est prescrite en cas d’infection de la peau ou des os, et de certaines pneumonies ou péritonites. Cet antibiotique semble également efficace pour attaquer les métastases éloignées de la tumeur primitive, après une radiothérapie. C’est ce que démontre une étude américaine, réalisée sur des souris.

Les antibiotiques ont un effet sur la flore intestinale. Parfois mauvais, lorsqu’ils s’attaquent aux « bonnes » bactéries et compromettent l’efficacité d’une immunothérapie anti-cancéreuse. Et parfois, ces effets sont bénéfiques. Comme ceux de la vancomycine, une molécule largement utilisée pour traiter diverses infections. D’après les chercheurs de l’Abramson Cancer Center de l’université de Pennsylvanie*, cet antibiotique « joue un rôle et peut potentiellement influer sur les traitements et les résultats pour les patients atteints de cancer. »

Concrètement, l’équipe a administré une dose de l’antibiotique à des souris, et constaté que la modification de leur microbiome (l’environnement du microbiote, ndlr) aidait le système immunitaire à augmenter les effets de la radiothérapie. Les cellules immunitaires ont non seulement tué les tumeurs directement ciblées par la radiothérapie, mais aussi les cellules cancéreuses plus éloignées dans le corps.

Meilleure réponse immunitaire et régression des métastases

Dans le détail, les chercheurs ont constaté que l’antibiotique renforçait les effets de certaines techniques. Celle de la radiothérapie hypofractionnée (des radiations plus intenses et moins de séances), par exemple, qui induit chez certains patients une meilleure réponse immunitaire que la radiothérapie standard. Surtout quand elle s’accompagne de l’effet abscopal, soit la régression d’une tumeur éloignée de la tumeur irradiée. Avec l’administration de la vancomycine, ces effets seraient donc amplifiés, en tout cas chez la souris. Les chercheurs envisagent un essai clinique pour valider leur approche sur l’homme.

* Etude publiée dans le Journal of Clinical Investigation

Destination Santé
Voir les commentaires
Réagir