Marjane Satrapi: "On ne peut pas balayer 5.000 ans de patriarcat en deux jours"

  • Marjane Satrapi sortira son nouveau film "Radioactive" ce mercredi
    Marjane Satrapi sortira son nouveau film "Radioactive" ce mercredi CHARLY TRIBALLEAU / AFP / CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Publié le / Mis à jour le S'abonner

(AFP) - Pour la créatrice de BD et réalisatrice Marjane Satrapi, qui sort un film sur le prix Nobel Marie Curie, "on ne peut pas balayer 5.000 ans de patriarcat en deux jours". Mais "c'est par nos actions qu'on va être les égales des hommes".

Dans "Radioactive", en salles mercredi, adaptation en anglais d'un roman graphique de Lauren Redniss, l'artiste franco-iranienne raconte l'histoire de la première femme à avoir reçu le prix Nobel, incarnée par l'actrice britannique Rosamund Pike ("Gone Girl").

"Marie Curie, c'est une grande figure pour moi depuis mon enfance, parce que c'était la femme que je devais être selon ma mère" avec Simone de Beauvoir, explique Marjane Satrapi dans un entretien à l'AFP dans son atelier, où elle prépare une exposition de peinture sur le thème des femmes.

"C'est une femme très intègre, qui ne fait pas de compromis", estime l'autrice de la BD autobiographique "Persepolis" et coréalisatrice de son adaptation au cinéma, qui montre une scientifique "pas toujours sympathique".

"Mais comment voulez-vous devenir Marie Curie si vous êtes de la crème fouettée toute sympathique, toute gentille, douce, mignonne?", demande-t-elle. "Quand vous êtes concentrée, vous n'avez pas le temps de vous occuper des rapports humains", ce qu'"on l'accepte beaucoup moins bien chez une femme".

- "symbole" -
Abordant dans "Radioactive" différentes périodes de la vie de Marie et Pierre Curie (Sam Riley), le film montre en parallèle l'héritage des travaux du couple sur le radium, de leur utilisation en médecine à la bombe atomique.

Il donne aussi à voir les difficultés rencontrées par cette femme à s'imposer dans un milieu scientifique largement masculin.

Pour la réalisatrice, Marie Curie qui "non seulement était égale, mais la plupart du temps était meilleure" que les hommes dans son domaine, est "un symbole".

"Comme la science a à voir avec la logique, et qu'on dit que la femme est émotionnelle, qu'elle n'est qu'hormones et émotion, forcément à la fin on va dire aux femmes qu'elles ne peuvent pas faire d'études scientifiques", explique-t-elle. "Je pense que quand vous avez une femme comme Marie Curie, ça vous donne l'exemple que c'est complètement possible. C'est très important".

"C'est un exemple. Et moi ça m'a confortée un peu dans cette idée du féminisme par les faits, et pas par la parole", poursuit-elle. "Ça ne sert à rien de faire des slogans si les actes ne suivent pas. Je préfère des femmes qui font des choses. C'est par nos actions en fait qu'on va être les égales des hommes".

S'exprimant sur les mouvements féministes d'aujourd'hui et la libération de la parole, Marjane Satrapi estime que "c'est très bien cette prise de parole". Mais, ajoute-t-elle, "on s'est tues pendant tellement longtemps que cette prise de parole devient exagérée" et il faut "qu'on trouve un équilibre".

- "problème d'éducation" -
Surtout, "il faut qu'on se pose les bonnes questions, on ne peut pas juste revendiquer", dit-elle, considérant qu'"à la base", il y a "un problème d'éducation".

"Il faut arrêter d'applaudir les filles quand elles font la moue et par exemple dire : +voilà tu as du pouvoir, vas-y, tu peux+", estime-t-elle.

"Les choses vont évoluer", mais "on ne peut pas balayer 5.000 ans de patriarcat en deux jours", résume celle qui se félicite que davantage de films, comme le sien, racontent aujourd'hui le destin de femmes.

"50% de la population de la terre, ce sont des femmes, donc c'est normal que la moitié des histoires traitent de nous", juge-t-elle.

"Or déjà, ce n'est pas le cas, et quand c'est le cas, on est toujours attribuées à quelqu'un, on est toujours la femme de quelqu'un, la mère de quelqu'un...", analyse-t-elle. "Moi j'aime bien qu'il y ait des femmes qui ne soient attribuées à personne d'autre".

Marjane Satrapi n'a pas pour autant l'intention de faire maintenant "la liste de toutes les femmes extraordinaires" au cinéma.

"C'est elle qui m'intéressait", souligne-t-elle. "J'ai aussi fait des films sur des hommes".

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir