De preux chevaliers en la légion de La Cavalerie

Abonnés
  • Dumitru Clapon, un héros du quotidien qui vient de sauver une vie.
    Dumitru Clapon, un héros du quotidien qui vient de sauver une vie. repro cpa / repro cpa
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Trois hommes de la 13e DBLE se sont illustrés par leur courage ou leur civisme. L’un mercredi dernier à Millau, deux autres à Montpellier.

Dumitru Clapon, Moldave et légionnaire à la 13e DBLE de La Cavalerie, est un de ces héros du quotidien qui mérite une médaille. Pas parce qu’il a choisi l’armée, mais parce qu’il a sauvé une vie. Celle d’une demoiselle qui voulait se débarrasser de la sienne.

Mercredi dernier, sur le pont Lerouge, l’homme qui n’a pas de grands yeux très clairs, mais où parfois passent des éclairs comme au ciel passent des orages, traverse l’avenue au volant de sa voiture.

Il raconte dans un français au fort accent des pays de l’est : "Il était plus de 20 heures quand je roulais sur le pont. J’ai vu une femme qui pleurait et venait de jeter son téléphone." Dans une attitude plus civique que médiumnique, il fait demi-tour, se gare et court vers la demoiselle qui enjambe la rampe et se retrouve dos au vide. "Elle venait de se disputer avec son compagnon. Il n’était pas loin d’elle et assistait à la scène sans bouger. J’ai trouvé ça insupportable, mais je me suis concentré sur elle."

Il parle à la manière d’un négociateur, tente de la rassurer, s’approche. "Je suis arrivé jusqu’à elle et je la tenais. Mais elle ne voulait pas lâcher, se débattait et j’ai bien failli tomber avec elle. Heureusement, mon pied bloqué dans la rambarde nous a retenus." Dumitru, 23 ans, explique encore les mots du couple ou plutôt les insultes que nous ne reproduirons pas ici. Des phrases qui résonnent encore dans la tête du légionnaire : "L’homme n’avait pas l’air dans son état normal. Je ne sais pas s’il avait bu ou s’il était drogué, mais on ne traite pas une femme comme ça. Je n’ai jamais vu ça, je ne comprends pas comment on peut en arriver là, peu importent les torts."

"Personne ne s’est arrêté"

La police nationale arrive. "Je ne sais pas qui les a prévenus. J’espère simplement que c’est quelqu’un qui a vu la scène, parce que beaucoup de voitures sont passées, mais personne ne s’est arrêté", témoigne encore celui qui parle avec du soleil sur son front qui met dans ses cheveux châtains, pourtant masqués d’un béret vert, de la lumière.

"Je suis allé au poste pour raconter ce qui s’était passé. Je sais que la jeune femme a été transportée à l’hôpital, mais pas ce qui est arrivé à son compagnon", râle le jeune caporal de 23 ans qui est depuis deux ans à la 13e demi-brigade de légion étrangère, mais depuis quatre années dans ce corps d’armée.

Son supérieur n’est pas loin. Si la légion nous autorise à parler avec le caporal, tout n’est pas autorisé chez celle que l’on nomme encore la "grande muette".

On lui demande alors des nouvelles de deux autres militaires de La Cavalerie qui sont intervenus dans une bagarre, samedi dernier, non loin de la place de la Comédie, à Montpellier. L’homme plus gradé veut bien raconter le rapport de police et ce qu’il sait d’un de deux qu’il a reçu ce mardi matin dans son bureau : "Ils étaient deux en effet. Ils sont sortis en boîte avec un couple d’amis, des civils. En partant, ils ont croisé un groupe de jeunes. L’un d’eux a demandé : "Qu’est-ce que tu as ? Pourquoi tu me regardes ?" Il m’a raconté qu’il a répondu, mais qu’ils se sont enfuis en voyant que le groupe allait leur sauter dessus. Il s’est alors attaqué à un couple d’Espagnols qui a été roué de coups. Ils ont décidé d’aller leur porter secours. L’un d’eux a reçu plusieurs coups, l’autre a été poignardé. Une fois de face, une fois par-derrière. Heureusement, les blessures n’étaient pas profondes, mais il aurait pu être tué."

Le supérieur se désole de voir comment peut réagir une partie de la société. Fiers de ses gars, il souligne leur courage, leur bravoure, mais surtout leur civisme.

Dans une demi-brigade où la devise est More Majorum ("À la manière des Anciens" en latin), il est aussi juste d’honorer de jeunes soldats, de preux chevaliers n’hésitant pas à porter secours.

Et qui dorent un peu plus le blason de La Cavalerie.

Cyril Calsina
Voir les commentaires
L'immobilier à Millau

325 €

A LOUER - Rue du Rajol - A LOUER, Rue du Rajol, notre agence JMB IMMOBILIER[...]

650 €

Appartement F4 rénové en centre ville - N774 - Appartement de type 4 en dup[...]

400 €

Appartement type 2 - proche de la Capelle - A LOUER - Proche du centre comm[...]

Toutes les annonces immobilières de Millau
Réagir